VIDÉO - Espagne : les hippocampes de la Mar Menor menacés d'extinction

VIDÉO - Espagne : les hippocampes de la Mar Menor menacés d'extinction

POLLUTION - C'est une véritable extinction de masse au bord de la Méditerranée. Il y a une dizaine d'années, près de 250.000 hippocampes nageaient dans la Mar Menor, au sud-est de l'Espagne. Ces petits animaux sont aujourd'hui en voie de disparition.

La Mar Menor ("mer mineure" en français), sur les côtes de Murcie, au sud-est de l'Espagne, abrite depuis 40 millions d'années une large population d'hippocampes. Il y a encore dix ans, ces chevaux de mer était environ 250.000. Aujourd'hui, ils ne seraient plus que 1300, soit une baisse de 99% de la population en quelques années. Sur place, les scientifiques se battent contre cette extinction quasi totale.

Toute l'info sur

Le WE

C'est notamment le cas d'Emilio Cortés Melendreras, conservateur à l’aquarium de l’université de Murcie. Pour tenter de repeupler la lagune, il fait se reproduire des hippocampes au sein de sa structure. "L’idée, c’est de pouvoir réintroduire un jour ces animaux dans leur milieu naturel", explique-t-il au micro du 20H de TF1.

Cette lagune, c’était l’une des plus grandes concentration d’hippocampes au monde- José Antonio Olivier, membre de l’association Hippocampus

La Mar Menor, dont les eaux regorgeaient autrefois de ces petits animaux, abrite un écosystème unique en Europe. Il s'agit de la plus grande lagune d'eau salée sur le continent européen. Mais, polluée par l'agriculture intensive, ce milieu se meurt. "La population a atteint son minimum historique, autour de 1350 hippocampes dans la Mer Mineure aujourd’hui. Il y a dix ans, il y en avait 248.000. Cette lagune, c’était l’une des plus grandes concentrations d’hippocampes au monde", résume José Antonio Olivier, membre de l’association Hippocampus, qui se bat pour la protection des chevaux de mer.

Désastre écologique

Précisément, d'après le recensement effectué par Hippocampus en 2020, il ne resterait plus que 1357 hippocampes dans la Mar Menor. Ce lagon, paysage idyllique il y a quelques années, est rongé par les ravages de l'agriculture intensive. Les algues pullulent et l'eau se révèle trouble. D'après un rapport de l'Institut océanographique espagnol datant de fin 2019, 80% de la faune et flore sous-marines s'avère morte. Près du littoral, les serres agricoles se sont multipliées, ainsi que les centres de désalinisation d'eau pour l'irrigation. Les eaux usées terminent leur cours dans la Mer Menor, tuant son écosystème.

Lire aussi

Javier Murcia Requena, photographe spécialisée dans la flore et faune de la Mar Menor, en est témoin. "C’est ce qu’on appelle ici la soupe verte. L’eau prend cette teinte verdâtre, jaune, marron. Rien n’y survit. Ça me rend fou, je me sens impuissant. Comment peut-on détruire un écosystème aussi merveilleux, aussi unique, dans la mer Méditerranée ?", s'interroge-t-il.

Car si la réintroduction d'hippocampes dans la lagune peut être une option, elle ne peut l'être, pour le moment, sur le long terme. En effet, avant de réintroduire ces animaux dans leur milieu naturel, il faut au préalable le dépolluer, sinon les nouveaux hippocampes de la Mar Menor risquent de mourir à leur tour.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Si je ne fais pas ma 3e dose à temps, faut-il que je me refasse intégralement vacciné ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

Un Allemand tue sa famille avant de se suicider par peur d'être emprisonné après un pass sanitaire falsifié

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'émotion des parents de l'adolescente électrocutée dans son bain par son téléphone

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.