Microplastiques : des initiatives salutaires pour lutter contre cette pollution

Microplastiques : des initiatives salutaires pour lutter contre cette pollution

POLLUTION – A Théoule-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes, un laboratoire du CNRS vient de mettre à contribution une centaine de classes de collégiens. Le but est de récolter des échantillons de plastiques échoués sur nos plages.

Sur la plage de Théoule-sur-Mer, une classe de collégiens est mise à contribution à la recherche de petites particules de plastique. Ils collectent plusieurs échantillons de sable qu’ils ramènent dans leur laboratoire au collège afin de les observer au microscope. Les microplastiques sont invisibles à l’œil nu et donc très difficilement décelables parmi les grains de sable. "La très grande majorité du plastique n’est pas plus grande qu’un grain de riz donc c’est pernicieux, c’est invisible, ça s’infiltre partout et ça foisonne sur les plages, les berges, au fond des océans, sur la banquise, il y en a partout", nous explique Pascaline Bourgain, responsable de la plateforme éducative fondation Tara Océan. Le travail qu’effectuent les collégiens fait gagner un temps précieux aux scientifiques. 

Toute l'info sur

Impact positif

Pourquoi lancer Impact Positif ?

Les échantillons sont alors envoyés dans un laboratoire, à Banyuls-sur-Mer, où les scientifiques cherchent à savoir à quel point ces matières sont toxiques. Les microplastiques sont issus des plus gros déchets rejetés dans la nature. "L’emballage qui va arriver dans l’environnement va se casser en morceaux puis va se casser encore en plus petits morceaux qu’on n’arrive plus à voir. Ce qui nous intéresse c’est de savoir si les bactéries sont capables de manger ce plastique", nous explique le docteur Jean-François Ghiglione. En effet, des bactéries s’attaquent bien au plastique mais il leur faut des millénaires pour tout absorber. D’autant plus que l’équivalent d’un camion benne de plastique est déversé chaque minute dans l’océan, polluant toute la chaîne alimentaire. 

L’être humain ingère l’équivalent d’une carte bleue en plastique chaque semaine

Au CNRS, les chercheurs analysent notamment les espèces marines impactées par la pollution. "Le sel de mer, les crevettes sont quasiment toutes contaminées quand on fait des recherches dessus, on trouve même des microplastiques dans des crevettes prélevées à 10.000 mètres de profondeur dans la fosse des Mariannes donc ce qui veut dire qu’on a un vrai problème", nous informe le docteur Anne-Leïla Meistertzheim. Les œufs d’oursins sont également impactés. "Il y a des retards de croissance et des malformations. En plus, cet organisme-là, on le mange", poursuit-elle.

Lire aussi

Sans le savoir, nous ingérons chaque semaine l’équivalent d’une carte bleue en plastique. Chez l’être humain, sa toxicité n’a pas encore été prouvée mais pour ces spécialistes le meilleur plastique reste celui que l’on ne produit pas. 

Découvrez notre podcast "Impact Positif"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Devant l’urgence climatique, la crise démocratique, une société aux inégalités croissantes, certains ont décidé de ne pas rester les bras croisés, ils ont un coup d’avance, l’audace de croire qu’ils peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Ils sont ce que l’on appelle des Changemakers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'exécutif change de ton : ce que va annoncer Jean Castex à 18h

EN DIRECT - L'OMS appelle à faire du "Covid long" une "priorité claire" des autorités sanitaires

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter