Incendies en Californie : menacés par les flammes, ils ne veulent pas partir pour protéger leurs maisons

Incendies en Californie : menacés par les flammes, ils ne veulent pas partir pour protéger leurs maisons

CATASTROPHE - À côté des milliers d’hectares calcinés en Californie, il y a des quartiers et villages entièrement brûlés. À Taylorsville, un ordre d’évacuation a été donné, mais certains refusent de quitter les lieux.

Insatiables, les flammes rougeoyantes continuent de mordre la Californie. Depuis plus d’un mois, la région suffoque tandis que 200.000 hectares ont été réduits en fumée. En cause : l’incendie "Dixie Fire", apparu le 14 juillet dans le massif montagneux de la Sierra Nevada. Aux côtés des forces de l’ordre, 6000 pompiers luttent sans relâche contre ces feux de grande ampleur. "On a vu des flammes descendre de la colline sur un peu plus d’un kilomètre en à peine deux minutes. Une immense boule de feu. Comme vous pouvez le voir, il n’y a plus rien ici", décrit Van Probst, habitant de Taylorsville. Seuls quelques habitants ont décidé de rester au milieu des décombres, malgré l’ordre d’évacuation donné par les autorités locales. 

Toute l'info sur

Le 13H

Parmi les Californiens qui font de la résistance, il y a Kevin. Casquette de base-ball sur la tête et tee-shirt gris anthracite, le pharmacien ne compte pas quitter les lieux. Alors que 900 bâtiments ont déjà été calcinés, il a vu son officine brûler et tient à rester pour protéger sa maison. "Je surveille cette maison de famille, elle date de 1860 et on l’a rachetée dans les années 70", explique-t-il. Même réflexion dans le centre-ville. "Les gens n’ont vécu qu’ici, c’est tout ce qu’ils connaissent", lâche un homme dont le visage est dissimulé par une longue barbe grisonnante. Les personnes qui ne veulent pas laisser leur maison tentent de s’organiser pour survivre. "Nous avons un générateur, c’est notre source d’énergie", présente fièrement une Californienne devant les caméras de TF1. 

Tout le monde est épuisé- Lorraine Hanson, gérante bénévole à la caserne

Pour que ces personnes ne manquent de rien, la caserne des pompiers de Taylorsville s’est transformée en épicerie gratuite. "Tout le monde est épuisé, on se bat depuis quatre semaines et on perd encore des maisons et ça fend le cœur car nous sommes une communauté soudée", déplore Lorraine Hanson, gérante bénévole de la caserne. Et la catastrophe naturelle n’est pas encore arrivée à son terme. Les autorités ont annoncé que l’incendie Dixie ne serait probablement pas maitrisé avant le 30 août. Si une frange de la population tente de continuer sa vie quotidienne, les flammes restent cachées derrière les sapins. Rien que la nuit dernière, 2000 hectares supplémentaires ont été brûlés. 

Lire aussi

Les habitants en bordure de forêt sont donc toujours menacés et c’est ce que tente de leur faire entendre Kevin Givens, directeur adjoint du comté de Sacramento : "On leur dit que leur vie est en danger et qu’il n'y a aucune garantie qu'ils soient sauvés si le feu s’approche. On ne peut pas arrêter les gens parce qu’ils ne veulent pas quitter leur maison." Mais certains pompiers grognent face à ces quelques résistants. Selon eux, ces résidents refusant l’ordre d’évacuation compliquent encore un peu plus leur travail. Sur le média américain CNN, Jake Cagle, chef des opérations, a déclaré : "Lorsque nos hommes arrivent et qu'ils doivent charger des personnes dans leurs véhicules et les mettre dans un endroit sûr, cela nous empêche de lutter contre l'incendie."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Soldat tué au Mali : le caporal-chef Maxime Blasco, un militaire de 34 ans au parcours "admirable"

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : la chanteuse Lola Dubini est éliminée dès son premier prime

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Origine du Covid : l'espoir d'une "avancée majeure" après une découverte de l'Institut Pasteur

Covid-19 : la situation sanitaire se dégrade en Guyane, tous les indicateurs virent au rouge

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.