L'abattage des arbres calcinés commence à Anglet

L'abattage des arbres calcinés commence à Anglet

REPORTAGE - La forêt d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques) a été victime d'un grand incendie cet été. Un nécessaire travail d'abattage des arbres a été entrepris.

Le 30 juillet dernier, un violent incendie a ravagé l'immense forêt de pins d'Anglet. Si aucune victime n'a été à déplorer, plus de la moitié de la pinède a brûlé. Quatre mois après ce drame, un nécessaire travail d'abattage des centaines d'arbres soixantenaires doit être entrepris. Une étape douloureuse pour le maire de la région. "On est en train d'abattre toute une partie de l'histoire d'Anglet et c'est vrai que ça me fait de la peine, mais je me dis que c'est nécessaire", confie-t-il.

Toute l'info sur

Le WE

Selon le responsable de l'unité territoriale de Bayonne, Antoine Oberlé, un enjeu environnemental colossal est en jeu. "On n'abat pas pour se faire plaisir. On abat parce que les experts nous disent que c'est la seule solution pour gérer ça". En effet, hormis le fait que certains arbres menacent de tomber, les pins calcinés font aussi face à un nouveau prédateur : le scolyte. Il s'agit d'un insecte ravageur qui pourrait se propager sur l'ensemble de la forêt.

Au milieu de ce décor calciné, on constate toutefois que la nature renaît. Mais la future forêt ne sera pas exactement la même. Pour s'adapter aux changements climatiques, de nouvelles espèces vont être plantées. Néanmoins, il va falloir être patient. Reconstituer la forêt prendra au moins 40 ans.

Découvrez le dernier épisode d'Impact Positif dans lequel Pablo Servigne nous parle son livre "Aux origines de la catastrophe, pourquoi en sommes-nous arrivés là ?"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

-Sur APPLE PODCAST 

-Sur DEEZER 

-Sur SPOTIFY 

Cinq ans après la sortie de son livre « Comment tout peut s’effondrer », Pablo Servigne se justifie encore : « L’objectif n’a jamais été de faire peur à tout le monde ou de prouver que tout est foutu, bien au contraire », écrit-il dans son dernier opus, publié aux Liens qui Libèrent avec la revue Imagine Demain Le Monde. Il a également répondu aux reproches qui lui avaient été faits, dont celui de ne pas parler des causes des effondrements. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : AstraZeneca prévient que ses livraisons ne pourront pas être aussi importantes que prévu

EN DIRECT - Impeachment : le procès en destitution de Donald Trump commencera la 2e semaine de février

Comment la Chine se trouve de nouveau confrontée à l’épidémie, un an après son apparition

Que sait-on de l'ivermectine dans le traitement du coronavirus ?

Paris : un adolescent lynché sur la dalle Beaugrenelle, ses agresseurs recherchés

Lire et commenter