Les produits en vrac des supermarchés sont-ils moins chers ? Le 20H vous répond

Les produits en vrac des supermarchés sont-ils moins chers ? Le 20H vous répond

PRATIQUE - Le JT de TF1 se penche chaque jour sur les interrogations des téléspectateurs dans sa rubrique "Le 20H vous répond". Au menu cette fois-ci : des questions liées à l'écologie et à l'alimentation, à l'occasion de la COP26.

Depuis le début de la crise sanitaire, le JT de TF1 passe chaque soir au crible les interrogations des téléspectateurs dans "Le 20H vous répond". Au menu du jour : un commerçant peut-il refuser que j'apporte mes propres boîtes pour éviter les emballages jetables inutiles ? Un restaurateur peut-il me refuser un "doggy-bag" ? Les produits en vrac doivent-ils être vendus moins cher ? Garance Pardigon répond à ces questions sur le plateau de Gilles Bouleau dans la vidéo en tête de cet article.

Toute l'info sur

LE 20H VOUS RÉPOND

On trouve de plus en plus de vrac dans les grandes surfaces. Doivent-elles le vendre moins cher que les produits emballés ? 

Non, car les prix sont libres, rappellent les services de la répression des fraudes. En toute logique économique, à produit équivalent, le vrac devrait être vendu moins cher puisqu’il n’y a pas de coût d’emballage. Mais généralement, c’est l’inverse dans les rayons, comme nous l’avons montré dans ce reportage diffusé dans le JT d’Anne-Claire Coudray. Comment l’expliquer ? Il faut du personnel pour gérer, approvisionner et nettoyer les présentoirs. C’est un coût supplémentaire pour les grandes surfaces. Mais la raison principale est moins avouable, selon l’association ZeroWaste France : "Comme le vrac est à la mode, les supermarchés en profitent pour charger les étiquettes". En 2030, le vrac devra représenter au moins 20% de la surface de vente des supermarchés de plus de 400m2. C’est l’article 11 de la Loi climat et résilience adoptée le 24 août dernier. 

Lire aussi

Je veux éliminer tous les emballages inutiles et apporter mes propres boîtes dans les commerces de bouche. Un boucher, par exemple, peut-il refuser de me servir ?  

 Non, c’est l’article L120-2 du code de la consommation : "Tout consommateur final peut demander à être servi dans un contenant apporté par ses soins". Mais il y a toutefois une condition, "dans la mesure où ce dernier est visiblement propre et adapté à la nature du produit acheté". Vous l’avez compris, en pratique, c’est donc à l’appréciation du commerçant ! 

 

Il peut par exemple estimer que votre tupperware n’est pas assez hermétique. "Veillez à apporter des boîtes et des bocaux bien nettoyés et en parfait état", conseille l'association ZéroWaste France, qui milite pour la réduction des déchets jetable. D'autant que pour certains produits, apporter son contenant permet de faire des économies. C’est vrai pour les boissons à emporter par exemple. Si vous venez avec votre propre tasse, vous devez payer votre café moins cher ! C'est l’article L541-15-10 du code de l’environnement, modifié par la Loi Egalim : "Les vendeurs de boissons à emporter adoptent une tarification plus basse lorsque la boisson est vendue dans un récipient réemployable présenté par le consommateur par rapport au prix demandé lorsque la boisson est servie dans un gobelet jetable". 

Je finis rarement mon assiette au restaurant. Peut-on m'empêcher de repartir avec mes restes ? 

Non, pas depuis le 1er juillet dernier, c’est-à-dire depuis la mise en application de la loi Agriculture et Alimentation, dite loi Egalim. Quel que soit le plat, quelle que soit la quantité que vous souhaitez emporter avec vous, le restaurateur ne peut pas vous refuser de "doggy bag". Seule exception à cette règle : les buffets à volonté… Et ce pour une raison évidente, il suffirait de remplir son assiette pour repartir avec un plat gratuit ! Les professionnels finiraient sur la paille.  

 

La loi anti-gaspi va plus loin. Non seulement le professionnel doit fournir le contenant, mais celui-ci doit être "réutilisable et recyclable". C’était une demande notamment de ZéroWaste France. Sachez cependant qu’il n’est plus responsable de la nourriture à partir du moment où vous quittez l’établissement. C’est donc à vous de respecter la chaîne du froid. Vous ne pourrez pas vous retourner contre lui si vous êtes malade après avoir laissé vos restes en plein soleil dans la voiture.  

Envoyez vos questions

Si vous avez vous-même une question, vous pouvez la poser sur les réseaux sociaux avec le hashtag #le20HVousRepond, ou directement par mail à une adresse dédiée : le20Hvousrepond@tf1.fr.

Nouveauté désormais, pendant cette rubrique du 20H, vous verrez apparaître un QR Code en bas de l'écran : vous pourrez alors le flasher et accéder directement depuis votre téléphone portable ou tablette à un article enrichi.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Si je ne fais pas ma 3e dose à temps, faut-il que je me refasse intégralement vacciné ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

Un Allemand tue sa famille avant de se suicider par peur d'être emprisonné après un pass sanitaire falsifié

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'émotion des parents de l'adolescente électrocutée dans son bain par son téléphone

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.