Lille : 25.000 habitants se chauffent désormais grâce aux ordures ménagères

Lille : 25.000 habitants se chauffent désormais grâce aux ordures ménagères

IMPACT POSITIF - Se chauffer à partir de déchets ménagers, c’est désormais possible grâce à l’incinération. On vous explique comment fonctionne cette alternative nouvelle au stockage des déchets.

Rien ne se perd, tout se transforme. Dans certains quartiers de Lille, les ordures ménagères collectées par la municipalité sont désormais transformées en combustible. De quoi permettre à environ 25.000 habitants de la métropole lilloise de se chauffer de manière plus écologique. 

"Je l’ignorais, c’est une bonne chose", s’exclame une riveraine, saluant l’initiative, devant des caméras de TF1. "Cela permet de faire quelque chose avec les ordures", approuve un jeune habitant du quartier de Fives. "C’est malin, et en plus c'est bien pour la planète", applaudit encore une autre résidente. 

Toute l'info sur

Impact positif

Pourquoi lancer Impact Positif ?

Après trente-cinq ans d’activité, la centrale à charbon de Fives a été mis à l’arrêt le 18 janvier dernier. Un incinérateur à déchets, installé en périphérie de la ville, a pris le relais depuis. 

À la fin de la collecte, les camions-bennes déchargent chaque jour des milliers de tonnes de détritus non recyclés, ceux-là même que l’on place dans la poubelle grise, dans un immense entrepôt où se trouve un gigantesque four. 

Une économie de 60.000 tonnes de CO2 par an

"Il y a des déchets organiques et un certain nombre de déchets qu’on ne pourra jamais trier. Ils sont introduits via une rampe dans un four, ce qui va permettre de générer une fumée à très haute température", explique Julien Koesten, directeur-adjoint de la direction des déchets au sein de la métropole de Lille. L’énergie produite par la combustion des ordures va permettre de faire monter en température de l’eau à environ 110 °C. Elle est ensuite acheminée par des tuyaux dans le réseau de chaleur urbain.

En supprimant le charbon, les rejets dans l’atmosphère diminuent, une économie de 60.000 tonnes de CO2 par an, l’équivalent de 60.000 aller-retour Paris-New York en avion. Dans le même temps, les gaz à effet de serre dus au méthane lors du stockage sont réduits. 

Lire aussi

"Si on ne valorisait pas l’énergie contenue dans nos déchets dans ce réseau de chaleur, il faudrait de toute manière les incinérer, de ce fait les deux se cumuleraient alors", explique Julien Koesten. Près de 800 millions de tonnes de déchets sont produits chaque année en France, soit l'équivalent de 25,36 kilos de déchets par seconde. Une ressource inépuisable qui a désormais une utilité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

Déconfinement : les pistes du gouvernement

EN DIRECT - Funérailles du prince Philip : une minute de silence observée dans tout le Royaume-Uni

La comédienne britannique Helen McCrory ("Harry Potter", "Peaky Blinders") est décédée à l’âge de 52 ans

Lire et commenter