Migration des saumons : EDF ne fait plus barrage

Migration des saumons : EDF ne fait plus barrage

ENVIRONNEMENT – Depuis juin 2019, en Haute-Loire, EDF a démarré son projet de transformation du barrage de Poutès. L’entreprise veut devenir exemplaire en matière de biodiversité en laissant remonter la rivière par les saumons.

À Poutès, la rivière suit de nouveau son cours. Grâce à une mobilisation sans failles de l’association "SOS Loire vivante", le barrage qui coupait l’Allier en deux a été en partie déconstruit. "C’est une transformation radicale du barrage existant. On avait un barrage qui faisait 20 mètres de haut et demain, on aura un barrage qui fera sept mètres de haut", avance Sylvain Lecuna, responsable du projet. Deux de ses vannes ont en effet été modifiées afin de laisser passer les saumons. Elles s’ouvriront lors de la migration des poissons. 

Avant la modification du barrage, un ascenseur à poissons avait été installé, mais les saumons ne trouvaient pas toujours l’entrée et mourraient parfois d’épuisement. "Désormais, la rivière coulera librement, ce qui permettra aux saumons de pouvoir remonter aux travers du barrage", poursuit le responsable. L’ouvrage, construit en 1941, a longtemps fait débat chez les associations de protection de l’environnement. EDF veut à présent se montrer exemplaire en matière d’écologie. 

Toute l'info sur

Le WE

Pierre Coupelon, le maire de la commune rappelle toutefois que le barrage est créateur d’emplois et de redevances dans la commune. "Sur la totalité du territoire, c’est environ 50.000 euros qui sont distribués chaque année, mais ce n’est pas rien pour nous", affirme-t-il. Comme les habitants du village, il aimerait trouver un moyen de continuer à produire de l’électricité tout en retrouvant leurs saumons. Ces poissons viennent en effet se reproduire dans nos rivières et parcourent des milliers de kilomètres pour se nourrir dans les eaux du Groenland. Chaque année, ils remontent nos cours d’eau, mais jusqu’alors ils ne pouvaient passer le barrage de Poutès. 

Une pisciculture pour permettre aux saumons de se reproduire

Non loin de là, le Conservatoire National du Saumon Sauvage se bat pour réintroduire le poisson dans la rivière. Chaque année, des saumons géniteurs sont capturés dans le but de les faire se reproduire dans des bassins. Leur descendance est ensuite relâchée à différents endroits de la rivière. La directrice du CNSS, Céline Bérard, réintroduit près de 500.000 saumons dans tous les cours d’eau d’Europe chaque année, car les poissons ne sont pas simplement bloqués en France. "Chaque barrage devrait mener, à mon sens, une réflexion par rapport aux enjeux de l’espèce", témoigne Céline. 

La déconstruction, avec un coût estimé à 18 millions d’euros, prendra fin l’année prochaine. La modification du barrage représente une perte de 15% de production, mais en échange l’entreprise a obtenu un renouvellement de contrat pour les 50 prochaines années.

Lire aussi

Les effets sont d’ores et déjà visibles, une famille de loutre a réinvesti la rivière. Preuve que l’eau est de nouveau poissonneuse. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EN DIRECT - Covid-19 : Castex suspend "jusqu'à nouvel ordre" les vols entre le Brésil et la France

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

"Sofagate" : la mise en garde d'Ursula von der Leyen à Charles Michel

Lire et commenter