Pailles, boîtes de kebab... quels sont les produits en plastique interdits en 2021 ?

Pailles, boîtes de kebab... quels sont les produits en plastique interdits en 2021 ?

ENVIRONNEMENT - La liste des produits en plastique interdits en France va s'allonger dès le 1er janvier 2021. C'est la nouvelle étape d'un processus long qui permettra d'arriver à une interdiction totale du plastique à usage unique en 2040.

De nombreux produits en plastique comme les couverts jetables, les pailles, les couvercles de gobelets à emporter, les touillettes, les boîtes de kebab en polystyrène, les piques à steak, les tiges pour ballons et encore les confettis, seront interdits dès ce vendredi 2021. Pour continuer à exister, ils devront être fabriqués en bois, en carton ou en plastique réutilisable. 

Avant eux, ont été bannis début 2020 la vente de vaisselle jetable en lot (verres, gobelets, assiettes), les coton-tige ainsi que les bouteilles d'eau plate en plastique dans les services de restauration scolaire. Ces obligations découlent de la loi anti-gaspillage qui prend effet chaque année avec l'interdiction de nouveaux produits. Objectif ?  Zéro plastique jetable en 2040. 

Toute l'info sur

Le 20h

200 tonnes de plastique économisé en un an

Certaines grandes surfaces alimentaires anticipent déjà la prochaine étape prévue en 2022 : la suppression des suremballages en plastique pour les fruits et les légumes de moins de 1,5 kilo. "Là encore, ce sont des petits emballages. Mais des fois c'est davantage des suremballages que des emballages", peste, sur TF1, un client à proximité de la gondole des salades dans un magasin.

C'est pourquoi, certaines enseignes ont décidé de remplacer ces contenants nocifs pour l'environnement par du papier. "Avant on était sur quelque chose complètement en plastique", explique sur TF1 la directrice d'un centre Leclerc à Ville-la-Grand, en Haute-Savoie. Désormais, "c'est de la fibre de bambou" qui protège les aliments. "Rien qu'avec le segment des agrumes sur lequel on a travaillé, c'est plus de 200 tonnes de plastique qui ont été économisés sur un an", se réjouit-elle.

"Que du papier, ce serait fantastique, poursuit une cliente en train de faire ses courses. C'est une bonne initiative. Pourvu que ça se développe et qu'on retrouve du papier dans tous les rayons."  Pour certains produits comme les lessives ou les gels douche, la tâche sera plus complexe mais devra néanmoins être accomplie en 2026

L'avenir pourtant radieux du marché du plastique

Dans la vallée du plastique près d'Oyonnax, dans l'Ain, les industriels ne se sentent cependant pas menacés par ces interdictions en cours et à venir. "Aujourd'hui, non, ça ne nous impacte pas. On est sur un marché annoncé en croissance : entre 5% et 10% par an tous les ans", affirme le président de PRP création, une entreprise spécialisée dans l'emballage plastique.  

Un compromis semble tout de même envisageable pour combiner préservation de la planète et croissance économique de ces fabricants : innover avec des produits rechargeables. "Nous voulons pérenniser l'usage. C'est-à-dire que le flacon devienne un objet d'art qui va vivre un an, deux ans, trois ans et qu'on va recharger", indique le chef d'entreprise. Pour l'heure, 81% des produits en plastique mis en circulation en France deviennent des déchets au bout d'un an. Seuls 24% de ces produits polluants sont recyclés. 

Lire aussi

Paradoxalement, et au détriment de l'écologie, la production de produits plastique devrait doubler dans le monde d'ici 2050.

Écoutez le dernier épisode d'Impact Positif dans lequel Pablo Servigne nous parle son livre "Aux origines de la catastrophe, pourquoi en sommes-nous arrivés là ?"

Découvrez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

-Sur APPLE PODCAST 

-Sur DEEZER 

-Sur SPOTIFY

Cinq ans après la sortie de son livre « Comment tout peut s’effondrer », Pablo Servigne se justifie encore : « L’objectif n’a jamais été de faire peur à tout le monde ou de prouver que tout est foutu, bien au contraire », écrit-il dans son dernier opus, publié aux Liens qui Libèrent avec la revue Imagine Demain Le Monde. Il a également répondu aux reproches qui lui avaient été faits, dont celui de ne pas parler des causes des effondrements.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le variant britannique dominant en France "entre fin février et mi-mars", selon l'Inserm

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?

Lire et commenter