Volcan Nyiragongo : la situation est "grave" mais "sous contrôle", selon le président Tshisekedi

Volcan Nyiragongo : la situation est "grave" mais "sous contrôle", selon le président Tshisekedi

CATASTROPHE - Le gouvernement congolais a annoncé une éruption de "faible intensité" qui aurait surgi d'un second et nouveau cratère près du volcan Nyiragongo avant finalement d'assurer que la situation était "une fausse alerte".

Après 48 heures de panique et l'évacuation de près de 400.000 personnes de la ville de Goma, la situation est confuse en République démocratique du Congo tant les conséquences du réveil du Nyiragongo semblent difficiles à prévoir. Ce samedi matin, le ministère congolais de la communication a assuré qu'une nouvelle éruption depuis un second et nouveau cratère du Nyiragongo s'était produite, avant de finalement se raviser. "Fausse alerte sur Nyamuragira. Un avion vient de survoler toute la zone des flancs de ce volcan. Aucune éruption n'a été constatée", a indiqué ce midi sur twitter le ministère congolais de la communication, après avoir fait état d'une éruption de "faible intensité".

Situation "grave" mais "sous contrôle"

Quelques heures plus tard, le président s'est exprimé pour faire un point. La situation est "grave" mais "sous contrôle", a assuré samedi le président Félix Tshisekedi. "La situation est certes grave, mais elle est contrôlée", a déclaré au cours d'une conférence de presse le président, qui a jugé qu'il "fallait absolument évacuer la ville", en référence à l'évacuation soudaine ordonnée jeudi dernier, alors "qu'on ne sait toujours pas ce qu'il peut se passer". "Il y a une coulée souterraine de lave qui peut surgir à tout moment n'importe où dans la ville", a-t-il rappelé, "déconseillant vivement de rentrer à Goma".

"Nous avons le contrôle de la situation", a réaffirmé M. Tshisekedi. "Les déplacés sont partis suite à une situation inédite : l'éruption elle-même n'a été prévue par aucun observatoire au monde (...), personne n'a vu venir cela, ça arrive".

La crainte d'un glissement de terrain

La région de Goma est une zone d'intense activité volcanique, avec six volcans, dont le Nyiragongo et le Nyamuragira. Le Nyiragongo, dont les coulées de lave menacent directement la ville de Goma, est entré en éruption sans aucun signe précurseur samedi dernier, produisant deux immenses coulées de lave, dont l'une est venue s'immobiliser dans les faubourgs nord-est de la ville de Goma. Au moins 34 personnes ont trouvé la mort, entre 900 et 2500 habitations ont été détruites.

Lire aussi

Jeudi, les autorités congolaises ont ordonné l'évacuation des centaines de milliers d'habitants de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, pour au moins deux semaines. Dans son dernier rapport datant de ce samedi l'observatoire de volcanologie de Goma (OVG) a relevé que 61 tremblements de terre se sont produits au cours des dernières 24 heures. Des séismes qui sont "cohérents avec la poursuite du mouvement du magma dans le système des fissures du Nyiragongo vers le lac Kivu", selon l'observatoire.

L'OVG anticipe plusieurs scénarios dans les jours à venir. La fin des séismes et "le magma reste sous terre sans éruption" ; "les séismes se poursuivent, mais la lave n'atteindra pas la surface" ; "les tremblements de terre se poursuivent et la lave réapparaîtra soit sur la terre ferme, soit à l'extrémité" du lac Kivu. Une quatrième hypothèse, la plus redoutée, est celle d'un "glissement de terrain ou un grand tremblement de terre déstabilisant les eaux profondes du lac et provoquant l'émergence de gaz dissous". C'est la très dangereuse "éruption limnique", désormais jugée "beaucoup moins probable" mais "ne peut être exclue".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Météo : 21 départements en vigilance orange aux orages, le Rhône en vigilance canicule

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

EN DIRECT - Masque à l'école : il pourra être enlevé à la récréation mais pas dans les classes

Disparition de Delphine Jubillar : Cédric Jubillar, sa mère et son beau-père en garde à vue

Pourquoi Cédric Jubillar a-t-il été placé en garde à vue ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.