Blaise Matuidi : "Ne vous inquiétez pas, je répondrai présent jusqu’au bout"

Blaise Matuidi : "Ne vous inquiétez pas, je répondrai présent jusqu’au bout"
EURO 2020

INTERVIEW – Blaise Matuidi est venu répondre aux questions de metronews dans les entrailles du Parc OL ce dimanche soir, après la victoire (2-1) de l’équipe de France face à l’Irlande, synonyme de qualification en quarts de finale de l’Euro 2016. Le milieu du PSG a évoqué le début de match poussif des Bleus, son positionnement inhabituel à droite du milieu de terrain et la réorganisation tactique de Didier Deschamps à la mi-temps.

Est-ce que cette équipe de France doit toujours souffrir pour gagner ?
Vous avez vu une équipe ne pas souffrir ? Les matchs ne se gagnent pas en claquant des doigts. Aujourd’hui, on n’a pas fait une très bonne entame. Mais on a envie de retenir la 2ème période, qui a été vraiment belle. Pour moi, comme pour toute l’équipe, c’a été une de nos meilleures. On a produit du jeu, on est allés de l’avant et on s’est procuré des occasions. On aurait pu mettre plus de buts que les deux qu’on a marqués. Il faut se servir de ça pour la suite. On a montré qu’on est capables de belles choses. Il faut continuer dans ce sens-là.

Est-ce que c’est la réorganisation tactique opérée par Didier Deschamps qui vous a débloqués ?
(il réfléchit) Non, c’est un tout. C’est aussi que chacun, individuellement, a élevé son niveau de jeu. Après, ça devient forcément plus facile. En 1ère période, on était tous un peu en dedans. On a eu la force de caractère pour réagir. Les mots qu’on s’est dit à la mi-temps nous ont servis. Maintenant, si on arrivait à entrer plus vite en action, ce serait beaucoup mieux (sourire).

Est-ce que le fait de revenir à gauche après la pause vous a libéré, personnellement ?
(il pouffe) Non, comme j’ai dit, c’est toute l’équipe. Ce n’est peut-être pas une question de poste. Il n’y a pas d’excuses à chercher.

Mais jouer à droite, ce n’est pas naturel pour vous...
Non, bien sûr. C’est une question d’habitudes. Mais j’aurais peut-être pu faire mieux à droite aussi. Le plus important, c’est que j’ai pu me reprendre ensuite.

Avez-vous discuté de ce positionnement avec le sélectionneur ?
Oui oui. Et j’ai dit qu’il n’y avait aucun problème. J’ai assumé. Après, ça peut plus ou moins bien se passer. Il ne faut pas se fixer là-dessus. Ce n’est pas non plus ce qui faisait qu’on était en dedans. Il y a plein de choses, notamment l’adversaire, très coriace physiquement. Je pense qu’ensuite, ils ont plongé (physiquement). Et si ils ont plongé, c’est aussi à cause de nous. On a fait ce qui fallait pour les fatiguer. Il faut retenir ça aussi.

Comment devait fonctionner votre duo avec Paul Pogba ?
On devait permuter, pour couvrir les montées de l’autre. On l’a bien fait. C’est un joueur qui a énormément de talent. Il l’a encore démontré, avec des gestes de classe mais aussi des gestes défensifs, parce qu’il a récupéré pas mal de ballons. Lui aussi a élevé son niveau de jeu.

Est-ce que la France peut gagner l’Euro en ratant tous ses débuts de match ?
(il se marre) Pourquoi ne pas être positif ? Aujourd’hui, on a fait beaucoup de bonnes choses. J’espère que tout le monde sera positif pour la suite, parce qu’on en aura besoin. On a vu tout l’engouement fantastique qu’il y a autour de cette équipe de France. On a encore eu un grand public derrière nous, il y a eu une très belle ambiance dans tous les stades où on a joué. On donne tout sur le terrain. Parfois ça marche comme on le souhaite, parfois non, mais à l’arrivée, à part ce match contre la Suisse (0-0), il n’y a que des victoires. Bien sûr qu’on a envie d’aller le plus loin possible, mais on voit que ce n’est pas facile. Hier (samedi) les quatre équipes sont allés en prolongation. Nous aussi on aurait pu y aller, mais justement, on a fait ce qu’il fallait. Donc retenons ça. On est contents.

Est-ce que vous avez douté pendant ce match ?
(il hésite puis rigole) On peut toujours douter dans un match, à certains moments. Mais on a du caractère.

Est-ce que le fait d’avoir été laissé au repos contre la Suisse vous a fait du bien ?
(il souffle) Non, pas forcément. J’aime aussi enchaîner les matchs. Il faut être réaliste : aujourd’hui, j’ai vraiment bien terminé la rencontre. Je me sentais bien. Et j’ai fait les efforts, comme tous les autres joueurs. J’espère continuer. J’aurai encore une semaine pour travailler.

Il paraît que vous étiez fatigué...
(il sourit) C’est comme ça, les gens disent des choses, il faut accepter, ça fait partie du football. Mais ne vous inquiétez pas, je répondrai présent jusqu’au bout. 

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent