Euro 2016 : ce qu’il faut retenir du match Suisse-France (0-0)

Euro 2016 : ce qu’il faut retenir du match Suisse-France (0-0)
EURO 2020

EQUIPE DE FRANCE – Les Bleus ont concédé le nul (0-0) contre la Suisse dimanche soir au stade Pierre-Mauroy, un résultat qui suffit à valider leur 1ere place du groupe A de l’Euro 2016. Mais il s’est tout de même passé plein de choses sur le champ de patates qui a fait office de pelouse.

Il s’agissait d’écarter les Suisses, bien au-delà du jeu de mots. C’est-à-dire d’étirer le bloc helvète pour y débusquer une faille. Les Bleus n’y sont pas parvenus, mais un nul leur suffisait pour décrocher la 1re place du groupe A, synonyme de 8e de finale face à un 3e la semaine prochaine, et surtout d’un tableau plus dégagé. L’essentiel était ailleurs, ce dimanche soir, dans un stade Pierre-Mauroy où flottait une odeur persistante de frites. On vous le détaille ci-dessous, vu des tribunes.

Avec des espaces, on respire !
On a enfin vu un match de l’équipe de France dans cet Euro sans se ronger les ongles, et ce n’était pas dû qu’à la qualification déjà acquise. Comme on s’y attendait, les Suisses sont sortis de leur camp, contrairement aux Roumains et aux Albanais. Et du coup, les Bleus ont, par moments, retrouvé le jeu enthousiasmant qu’ils développaient ces derniers mois lors des matchs amicaux. Transversales, remontées de balle spectaculaires, combinaisons à une touche. Du foot quoi !

Paul Pogba s’est retrouvé
Titularisé à gauche du milieu à trois, le poste qu’il occupe à la Juventus et habituellement celui de Blaise Matuidi en sélection, Paul Pogba est soudainement redevenu lui-même. Remplacé face à la Roumanie et remplaçant contre l’Albanie, "la Pioche" a été bonne, plaçant deux superbes frappes dès le premier quart d’heure, dont une sur la barre transversale. Avant de mener le jeu avec brio et de briser les lignes par quelques numéros de soliste dont il a le secret, en perdant tout de même quelques ballons chauds au passage. Mais on ne devrait pas le revoir sur le banc de sitôt.

Au milieu, les doublures ont marqué des points
Si N’Golo Kanté n’était pas absolument parfait, et si Blaise Matuidi n’était pas un titulaire indéboulonnable dans l’esprit de Didier Deschamps, les deux joueurs pourraient s’inquiéter. Car ceux qui les ont remplacés ce dimanche soir se sont montrés à la hauteur. Yohan Cabaye en particulier, qui a toujours joué juste, dans le bon tempo, et gratté un nombre hallucinant de ballons. Il fut d’ailleurs à un souffle d’offrir, d’une magnifique transversale de 40 mètres, une passe décisive à André-Pierre Gignac sur une contre-attaque en fin de 1re période.

Quant à Moussa Sissoko, il a tamponné le milieu suisse avec hargne et sans relâche, et s’est même permis un une-deux-trois avec Antoine Giezmann pour filer au but à la 17e minute. Une action qui a fait pousser un cri d’extase au stade tout entier. A la 76e, sa folle chevauchée conclue par un centre millimétré, pour Payet, aurait mérité meilleur sort que de finir sur la barre.

Kingsley Coman, beaucoup mieux qu’un remplaçant
En privé, Didier Deschamps dit que l’ailier bavarois est son joueur préféré. Et on a bien compris pourquoi en le voyant courir partout ce dimanche soir. Ses prises de balle, ses dribbles, ses appels entre les lignes (parfois en position d’avant-centre) et ses courses pour revenir défendre sont pour beaucoup dans la superbe 1re période des Bleus. L’absence de Dimitri Payet, qui l’a finalement remplacé à la 63e, est ainsi passée complètement inaperçue.

Une ambiance magnifique et quelques couacs
"Elle est immonde !", s’était exclamé un confrère suisse après avoir examiné la pelouse du stade Pierre-Mauroy de près. L’enceinte a beau avoir un toit fermé, le gazon n’a pas résisté aux changements de température après avoir été replanté in extremis à la fin de la saison de Ligue 1. Cela a donné des taches marron, visibles depuis les tribunes les plus hautes, et pas mal de glissades, qui ont mis fin à de potentielles occasions de but. On a aussi vu des maillots suisses se déchirer en un rien de temps, tandis que ceux des Français ont été blanchis au niveau des manches à la demande de l’UEFA avant le match. Pour couronner le tout, à la 53e, un ballon a été crevé par un joueur suisse qui a eu la mauvaise idée de mettre son pied dessus. Heureusement, les supporters ont donné une belle allure à ce match parfois ennuyeux, les Suisses ayant notamment entonné un déjà mythique : "Paie tes impôts, paie tes impôts, paie tes impôts ou viens en Suisse !!" On ne les a (presque) plus entendus ensuite, couverts qu’ils étaient par les 112 décibels émises par les chants français. De mémoire de suiveur, jamais les Bleus n’ont été aussi bruyamment soutenus que durant cet Euro.

EN SAVOIR +
>>
REVIVEZ - Suisse-France (0-0) : Malgré le nul, les Bleus terminent premiers
>>
Pourquoi l'équipe de France n'a pas porté son habituel maillot extérieur

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

EN DIRECT - Attaque à la basilique de Nice : Emmanuel Macron sur place

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Covid-19 : les députés approuvent le reconfinement à une très large majorité

Confinement : l'attestation de sortie comportera "une nouvelle case" pour les déplacements scolaires

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent