Euro 2016 : ces cinq raisons pour lesquelles vous kiffez "Grizou"

Euro 2016 : ces cinq raisons pour lesquelles vous kiffez "Grizou"
EURO 2020

CHOUCHOU – A 25 ans, Antoine Griezmann s’est imposé comme le leader de cette équipe de France durant l’Euro. Sa cote de popularité ne cesse d’augmenter auprès des fans français grâce à ses exploits sur le terrain, bien évidemment. Mais pas que.

Parce que ses célébrations sont cools
Durant ces quatre semaines de compétition, Antoine Griezmann a eu tout le loisir de célébrer, à sa façon, ses six buts inscrits au cours de l’Euro 2016. Sa fameuse célébration inspirée du rappeur américain Drake et du clip Hotline Bling dans lequel il mime un téléphone a fait le buzz sur les réseaux sociaux et force est de reconnaître qu’elle lui porte chance jusqu’ici. Sa superbe glissade sur la pelouse du Stade de France lors de France-Islande avait également été tournée en dérision sur Twitter. Bref, "Grizou" ne manque jamais d’imagination au moment de fêter un but. Que nous réserve-t-il pour ce dimanche soir ?

A LIRE AUSSI >> C'était quoi au juste, la drôle de célébration de Griezmann ?

Parce qu’il assume même quand il dérape
Derrière le visage d’ange du blondinet préféré des Français se cache également un petit démon. Du moins, quand il a côtoyé l’équipe de France Espoirs. En octobre 2012, entre deux matches de qualification pour le Championnat d’Europe U21, Griezmann quitte le rassemblement des Bleuets au Havre en compagnie de M’Vila, Mavinga, Niang et Ben Yedder pour passer du bon temps dans une discothèque parisienne. Trois jours plus tard, les Espoirs coulent en Islande et la fameuse virée des hommes de Mombaerts a du mal à passer auprès de la FFF, évidemment. Pas fier de sa bêtise, Griezmann est suspendu de sélections nationales jusqu’au 31 décembre 2013. "Quand tu fais une connerie, il faut assumer", dira le joueur qui n'avait pas fait appel, contrairement à certains de ses partenaires.

Parce qu'il est (presque) aussi bon que Platini
Six buts inscrits lors d’un seul et même Euro, ce n’était plus arrivé depuis un certain Michel Platini, auteur de neuf réalisations en 1984. Mieux encore, Grizou est le meilleur buteur de l’histoire en phase à élimination directe d’un  Championnat d'Europe. Et ça, ça vous pose un homme. Le joueur de l’Atlético de Madrid s’est montré décisif à chacune des rencontres éliminatoires de l’équipe de France en plantant un doublé face à l’Eire et l’Allemagne, et en participant au festival offensif des Bleus contre l’Islande avec un subtil piqué. Difficile de ne pas tomber sous le charme d’un joueur qui fait gagner son équipe, tout simplement.

Parce qu'il représente l'avenir des Bleus
Du haut de ses 25 ans, Antoine Griezmann n’a pas fini de faire les beaux jours de l’équipe de France. Le joueur de l’Atlético de Madrid incarne l’avenir de sa sélection nationale et Didier Deschamps devrait, sauf énorme blessure ou gros coup de moins bien de la part du petit avant-centre d’un mètre 76, s’appuyer sur son attaquant star lors des prochaines grandes compétitions internationales. Il n’aura que 27 ans pour la Coupe du monde 2018 en Russie et 32 ans lors du Mondial 2022 au Qatar. Autant dire que la "génération Griezmann" sera encore, pour de longues années, au cœur de cette équipe de France. Et ce n’est pas pour nous déplaire.

A LIRE AUSSI >> Griezmann est-il devenu le favori pour le Ballon d'Or ?

Parce qu’il donne tout sur le terrain
Résumer Antoine Griezmann à ses buts et sa formidable palette technique serait vraiment réducteur et malhonnête. En plus d’être un buteur hors pair, l’ancien joueur de la Real Sociedad impressionne par sa faculté à se mettre au service du collectif. Jamais avare en efforts, l’international français de 25 ans multiplie les courses, avale les kilomètres sur le pré et ne rechigne jamais à donner un coup de main à ses partenaires. Cette culture défensive, Griezmann l’a apprivoisé sous les ordres de Diego Simeone à l’Atlético de Madrid faisant de lui le deuxième joueur ayant le plus couru en Ligue des champions la saison dernière (142 kilomètres). "Avant, c’était chiant de courir. Mais maintenant, je ne m’en rends plus compte. Je fais les efforts pour les coéquipiers, c’est devenu naturel." Comment ne pas l’aimer ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Quels sont les 54 départements soumis au couvre-feu ?

EN DIRECT - Covid-19 : la France franchit le cap du million de cas depuis le début de l'épidémie

Coronavirus : "On ne parle pas d’une vague mais d’une marée haute qui risque de durer des mois"

Comment Bertrand-Kamal a quitté "Koh-Lanta : les 4 Terres" à la surprise générale

Débat Trump/Biden : "C’est incroyable de voir des visions aussi radicalement opposées s’exprimer aussi calmement"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent