Gignac, Rami et Sagna refont le match

Gignac, Rami et Sagna refont le match
EURO 2020

REACTIONS - André-Pierre Gignac, Adil Rami et Bacary Sagna sont tout à tour venus répondre à nos questions et livrer leur analyse de la victoire au forceps de l’équipe de France face à l’Albanie (2-0), mercredi soir au stade Vélodrome, synonyme de qualification en 8es de finale de l’Euro 2016.

 Bacary Sagna
"Le bilan est satisfaisant parce qu’on se qualifie. Mais bon, on sait qu’on peut beaucoup mieux faire, en prenant plus le jeu à notre compte. On a bien réagi en 2e période. On sait que les compétitions se gagnent à 23 et ce (mercredi) soir c’en est la preuve : les remplaçants ont fait la différence."

"On n’a pas d’excuses pour justifier notre entame difficile. Nous, sur le terrain, sommes les premiers à vouloir mettre du rythme. On ne l’a pas assez fait en 1ère mi-temps parce qu’on était beaucoup trop bas. En restant dans notre moitié de terrain, on n’a pas pu étirer leur bloc. Et c’était plus facile pour eux de défendre. Ils ont bien défendu en équipe. Il y a avait des prises à deux sur nos ailiers, qui sont très dangereux. Du coup, c’était difficile pour nous de trouver des espaces. On a réussi à les trouver en étirant leur bloc et en faisant des appels en 2e période."

"Le passage au 4-2-3-1 ? Ca ne nous a pas du tout perturbés. On a joué dans ce dispositif contre l’Ecosse (3-0 le 4 juin, ndlr) et ça avait bien marché. Mais du coup, les Albanais étaient prévenus. Je pense qu’ils ont regardé des vidéos."

EN SAVOIR + >>  Le coup tactique de Deschamps a fait pschitt !

"Antoine Griezmann ? J’espère que ce but peut lancer sa compétition. Il n’a pas été mauvais pendant le 1er match (face à la Roumanie vendredi dernier, ndlr). Il a juste habitué tout le monde à être très, très, très performant, à faire des différences tout en faisant le show. Il sait que maintenant les gens attendent beaucoup plus de lui. Ce (mercredi) soir, il a bien répondu aux critiques."

► Adil Rami
"Il nous reste du temps pour travailler plus sereinement, puisque maintenant on est qualifiés. Il va falloir se perfectionner pour être prêts dès les premières secondes."

"Je ne sais pas pourquoi on a eu deux si visages si différents d’une période à l’autre… C’est peut-être mental. On a commencé le match avec un petit peu d’appréhension. On faisait attention à ne pas glisser sur un terrain moyen. On était aussi attentifs aux contres. On a vu que même à dix, contre la Suisse, ils avaient réussi à en placer. C’est délicat parce que, sur un ballon dégagé, une glissade, un contre favorable, tu peux te retrouver en danger. L’équipe albanaise était en bloc et agressive défensivement. C’est vrai qu’après la pause, on est revenus avec beaucoup plus de caractère, beaucoup plus d’envie, beaucoup plus d’agressivité offensive aussi. Ca a fini par payer."

EN SAVOIR + >>  Hugo Lloris : "Si on continue comme ça..."

"Même si demain on venait à être parfaits, c’est votre taf de nous critiquer. Le plus important, c’était de ne pas prendre de buts. Ils se sont créés quelques occasions dangereuses mais de toute façon, il n’y a jamais rien de parfait. Après, si je peux amener un bonus offensif, pourquoi pas ? Surtout, les remplaçants ont apporté un plus et ça prouve qu’on est un groupe uni et prêt mentalement."

► André-Pierre Gignac
"Vous pouvez chercher toutes les explications que vous voulez, le truc, c’est que toutes les équipes sont à la hauteur dans cet Euro. On a vu toutes les ‘petites ‘ équipes embêter les grandes. L’Islande a fait un super match. Et ce (mercredi) soir on a vu qu’on avait des morts de faim en face. Comme sur les précédents matchs, on a su arracher cette victoire dans les derniers instants. C’est notre force en ce moment. On aimerait marquer plus tôt et se faciliter les choses mais voilà, c’est comme ça, c’est le football. Et c’est cet Euro qui est très difficile. On n’est pas seuls sur le terrain. Les adversaires sont là, ils défendent et ils nous contrent. Ils taclent et ils se jettent sur tous les ballons. Dans une phase finale, toutes les équipes méritent d’être là. Parce qu’elles ont tout fait pour être présentes. On l’a vu la semaine dernière avec la Roumanie et on le verra encore dimanche contre la Suisse."

"On a envie de gagner. On nous inculque aussi la gagne jour après jour, dans les discours du coach, entre nous. On est rentrés au vestiaire à la mi-temps et s’est tous remotivés en se disant qu’il fallait vraiment se qualifier ce (mercredi) soir. On l’a fait dans la douleur, mais le plus important, c’était de le faire. Et maintenant, il va falloir penser à la Suisse parce qu’on veut tout gagner. Il ne faut pas douter."

"Le Vélodrome ? Il n'y pas une autre ambiance comme ça dans cet Euro, franchement. Le stade est fantastique. Dommage que la pelouse ait été endommagée suite à ce concert."

EN SAVOIR + >>  VIDÉOS - Les buts de Griezmann et Payet qui libèrent les Bleus

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent