Hugo Lloris : "Si on continue comme ça, on risque de le payer"

Hugo Lloris : "Si on continue comme ça, on risque de le payer"
EURO 2020

INTERVIEW – En bon capitaine, Hugo Lloris fut l’un des rares Bleus à prendre le temps de répondre à toutes les questions de metronews dans les entrailles du stade Vélodrome, où l’équipe de France venait de décrocher son billet pour les 8es de finale de l’Euro 2016 en battant laborieusement l’Albanie (2-0).

Encore un match difficile ce (mercredi) soir...
Le plus important, c’est d’être à six points aujourd’hui. Honnêtement, on s’attendait à ce genre de scénario, même si on aurait préféré marquer en première période. On a quand même montré pas mal de maturité, en sachant rester patients jusqu’au bout. On a été récompensés par ce très joli but. Bon, c’est surprenant de voir Adil Rami en passeur décisif (rires) .

Est-ce que c’est encore la pression qui explique cette entame difficile ?
Non, je ne pense pas. Le feeling était vraiment différent de celui du match d’ouverture. Mais on se doit de mettre plus d’agressivité et d’intensité dans nos premières mi-temps. Sinon, on risque de le payer. On a mis de l’engagement, beaucoup de générosité du début à la fin. C’est avec le ballon que c’était insuffisant, avant qu’on arrive à rectifier le tir.

N’était-ce pas lié au changement de système de jeu ?
Non ! Vous savez, il faut qu’on prenne confiance dans cette compétition. A force de gagner des matchs, on va réussir à se lâcher progressivement. Mais ce n’était pas évident ce (mercredi) soir, les Albanais ont fait un grand match. Ils ont été forts, très solides. Ils nous ont mis en danger sur quelques contres et sur des coups de pied arrêtés. On a su rester solides aussi, et améliorer notre rendement offensif en seconde période.

EN SAVOIR + >>  Le coup tactique de Deschamps a fait pschitt !

Peut-on gagner un Euro en marquant chaque fois à la 89e minute ?

(rires) Ecoutez, on joue beaucoup de matchs et les scénarios ne se ressemblent pas forcément. Mais ça montre une nouvelle fois que ça se joue dans la tête. Il faut y croire jusqu’au bout, jouer avec le cœur, la tête, les jambes. Il faut aussi souligner que le public a joué son rôle et ça fait énormément plaisir de sentir tout cet engouement quand on est sur le terrain. Ils nous ont poussés pour aller chercher cette victoire.

Ca ne vous inquiète même pas un peu de gagner aussi laborieusement ?
Non. De l’intérieur, tout va très bien. Tout n’est pas parfait non plus, on en a conscience. On doit s’améliorer. Après, si on regarde les autres matchs, toutes les grandes nations ont leurs problèmes. Donc il faut au contraire garder une certaine lucidité, et rester sereins. Ces six points doivent nous permettre de gagner en confiance. Il faut continuer dans cette dynamique.

Ce sont les joueurs sortis du banc qui ont fait la différence ce (mercredi) soir…
Ils ont amené leur générosité et leur agressivité. On a aussi changé de système, ce qui nous a permis d’aller presser et gagner les ballons un peu plus haut. Ça évite de construire des attaques placées sur 80 mètres. On les a mis en difficulté quand on a joué plus haut. Et à force de taper sur cette défense, on a été récompensés.

EN SAVOIR + >>  VIDÉOS - Les buts de Griezmann et Payet qui libèrent les Bleus

Comment expliquer que vous ayez débuté le match en étant positionnés aussi bas ?
Chaque match a sa physionomie... (il souffle) On peut le refaire, le match, et les choses se passeraient différemment. Le seul regret qu’on peut avoir, c’est de ne pas avoir mis en première période la même intensité qu’en deuxième. Quand on commence à gagner des duels, à gagner des mètres dans la récupération, c’est là qu’on joue plus haut et qu’on est assez proches du but adverse pour mettre plus de pression. Au début, on a eu tendance à les récupérer plus bas, dans notre camp.

D’où vient cette force de caractère qui vous fait gagner les matchs à la fin ?
Il faut la garder. C’est notre état d’esprit de compétiteur. On en a vraiment besoin. Et puis il faut s’améliorer, individuellement et tous ensemble. Elever notre niveau. Il n’y aura aucun match facile dans cet Euro.

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent