Ibrahimovic quitte l'Euro et la scène internationale sans but

EURO 2020

FOOTBALL - Obligés de s'imposer face aux Diables Rouges, les Suédois se sont inclinés 1-0 mercredi soir à Nice. Une défaite synonyme d'élimination et de retraite en sélection pour Zlatan Ibrahimovic.

Presque comme si de rien n'était. Malgré les enjeux évidents de cette rencontre face à la Belgique - éviter une élimination dans cet Euro synonyme de retraite internationale pour Zlatan Ibrahimovic - le géant suédois a abordé cette rencontre comme les précédentes. Echauffement sans grande implication puis petit sourire au gamin qui l'a accompagné du couloir à la pelouse de l'Allianz Riviera, l'attaquant aux 115 sélections pour 62 buts avant cet ultime match du groupe E n'a pas semblé plus ébranler que ça par l'éventualité de jouer pour la dernière fois en sélection.

Du moins jusqu'à ce que retentisse l'hymne suédois. Non pas que le "Du gamla, du fria" ait arraché une larme au grand Ibra, mais le regard pensif et lointain du joueur en disait long sur ce qui devait lui passer par la tête à cet instant. Peut-être l'ancien du PSG visualisait-il déjà la façon dont il allait tromper Thibaut Courtois et envoyer ses coéquipiers en 8es... Mais cet instant n'est jamais arrivé. Malgré les chants à sa gloire entonnés régulièrement par le camp suédois, auxquels les supporters Belges ont répondu par des aux revoirs de la main..., Zlatan Ibrahimovic n'est pas parvenu à faire basculer les débats.

Après le coup de sifflet final, tout le stade hurle "Zlatan Ibrahimovic !"

Parfois pas assez réactif, comme lorsqu'il n'a pas réussi à reprendre une frappe de Marcus Berg repoussée par Courtois (5e), souvent bien pris par la défense des Diables Rouges ou tout simplement maladroit (cette frappe trop écrasée et pas cadrée à l'entrée de la surface après 26 minutes de jeu...), celui que toute la Suède regrette déjà n'a donc pas réussi à repousser l'âge de sa retraite. Et ce n'est pas vraiment la faute à la jeunesse belge qui, même si elle a du talent, ne parvient pas encore à vraiment jouer en équipe et a dû s'en remettre à une frappe de mule, déviée, de Rajda Nainnggolan pour s'imposer en fin de match (1-0, 84e). Contrairement, à la sélection suédoise, que l'on résume trop souvent à son buteur vedette mais qui, à onze, a pourtant bien bougé la deuxième nation au classement Fifa.

Le plan de Zlatan d'annoncer son arrêt prochain en sélection pour surmotiver ses partenaires dans ce match couperet a presque failli fonctionner. Ça s'est même joué à quelques centimètres lorsque l'arbitre a décidé de lui refuser un but zlatanesque pour un pied levé trop haut (63e) ou quand Courtois a repoussé son coup franc à ras de terre (75e)... Ce n'était donc pas sa soirée mais ce sera quand même le grand soir pour le meilleur buteur de l'histoire des Blagult ("Les Bleus-Jaunes"). Car après le coup de sifflet final, scellant l'élimination de la Suède et la fin de la carrière internationale du n° 10, l'ancien Parisien et sans doute futur Mancunien a reçu un vibrant hommage de tout le stade hurlant son nom. Touché mais pas en pleurs, Ibra a quitté la scène internationale et la pelouse en toute sobriété. Tout en contrôle. 

À LIRE AUSSI
>>  Comment les Belges ont préparé le pot de départ de Zlatan
>>  Toute l'actu de l'Euro 2016
Lire et commenter