LE JOURNAL DES BLEUS DU 22 JUIN : Moussa Sissoko impressionne à l’entraînement, Olivier Giroud ménagé

LE JOURNAL DES BLEUS DU 22 JUIN : Moussa Sissoko impressionne à l’entraînement, Olivier Giroud ménagé
EURO 2020

EQUIPE DE FRANCE – Le temps de l’Euro 2016 des Bleus, c’est-à-dire du match d’ouverture à l’élimination ou, on l’espère, au triomphe de la bande à Didier Deschamps, metronews dresse la chronique quotidienne de leur aventure. Ce mercredi, retour sur la séance d’entraînement de la veille au soir, ludique mais néanmoins intense.

Olivier Giroud laissé au repos
Si les 23 ont débuté la séance sous les timides rayons de soleil qui trouaient le ciel grisâtre surplombant le stade Pierre-Pibarot, effectuant tous trois tours de terrains rigolards et quelques courses fractionnées plus intenses qu’à l’accoutumée (on a vu quelques gouttes de sueur perler sur le front d’André-Pierre Gignac), Olivier Giroud n’a, en revanche, pas pris part aux exercices suivants. L’attaquant des Gunners, auteur d’un quadruplé la veille face aux jeunes du Paris FC, est en effet resté allongé à l’extérieur du terrain, tandis qu’un kiné l’aidait à faire quelques étirements. "Il n’a pas de bobo. Il est un peu fatigué, alors on le préserve. Il faut s’attendre à voir ce type de séance individualisées de plus en plus souvent dans les prochains jours", nous a soufflé une source proche du staff.

EN SAVOIR + >> Giroud plante 4 buts contre les jeunes du Paris FC

Moussa Sissoko dans une forme étincelante
On fut d’abord amusés de constater que Blaise Matuidi et Moussa Sissoko, en balance pour une place au milieu de terrain lors du 8e de finale de dimanche prochain, ont effectué toutes les courses fractionnées côte à côte. Les deux joueurs ont ensuite été séparés, chacun dans une équipe, quand a débuté l’opposition à 11 contre 11 (avec les gardiens dans le champ) sur un quart de terrain, qui a constitué l’autre moitié de l’entraînement du jour. Un petit match durant lequel le milieu de Newcastle s’est montré à son avantage, dans le prolongement de sa prestation de dimanche face à la Suisse : récupérations tout en puissance, chevauchées impressionnantes ballons au pied, centres millimétrés, et même un but d’une jolie reprise du gauche pour conclure. De son côté, son concurrent parisien a été moins en vue, et s’est même retrouvé au sol après un énorme tampon de... Benoît Costil.

EN SAVOIR + >> Sissoko "espère commencer d'autres matchs"

Une opposition ludique, beaucoup de buts et quelques scènes incongrues
Pour le reste, cette partie s’est déroulée dans une atmosphère à la fois chambreuse et rigoureuse. Les équipes étaient ainsi composées. Chasubles jaunes : Digne, Mangala, Koscielny, Jallet, Mandanda, Kanté, Costil, Payet, Griezmann, Gignac, Martial. Sans chasubles : Evra, Umtiti, Rami, Sagna, Matuidi, Cabaye, Pogba, Schneiderlin, Sissoko, Lloris, Coman. Il ne faut pas y voir la moindre décision d’ordre tactique, Didier Deschamps laissant souvent les joueurs choisir eux-mêmes leurs coéquipiers pour ce type d’exercice, comme dans une cour de récréation.

On aura noté : que Patrice Evra a encore assumé le rôle de chef d’orchestre ("Les gars, on revient tous !" ou "Blaise, ça vient !") ; qu’Hugo Lloris est moins bon attaquant que gardien, ayant perdu deux face-à-face avec... Antoine Griezmann (qui s’est beaucoup improvisé gardien de fortune) ; que Bacary Sagna a le sens du sacrifice, lui qui, revenu sauver sur sa signe, s’est pris une énorme frappe en pleine poire (seul Anthony Martial est venu le réconforter en lui essuyant le visage) ; et que Yohan Cabaye et Adil Rami sont en forme. Pour la petite histoire, les jaunes se sont imposés 5-3, avec des buts d’Anthony Martial (qui trouvera la barre transversale quelques instants plus tard), André-Pierre Gignac, Lucas Digne, Dimitri Payet (d’une énième mine sous la barre) et... Steve Mandanda. Côté sans chasubles, les réalisations ont été signées Kingsley Coman, Paul Pogba, et donc Moussa Sissoko.

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent