Le sélectionneur suisse sur les Bleus : "La France va monter en puissance"

Le sélectionneur suisse sur les Bleus : "La France va monter en puissance"
EURO 2020

FOOTBALL – A la veille de la finale pour la 1ère place du groupe A contre la France, dimanche soir à Lille, Vladimir Petkovic , le sélectionneur suisse, se méfie beaucoup de l’équipe de Didier Deschamps, mais cache mal ses intentions de jouer l’attaque et mettre les Bleus sous pression.

L’horlogerie suisse, c’était mieux avant. Le sélectionneur helvète a débarqué en conférence de presse, ce samedi au stade Pierre-Mauroy, avec une grosse dizaine de minutes de retard. A la veille de la finale pour la première place du groupe A face à la France, le coach a d’ailleurs conservé toute sa nonchalance au moment de répondre aux questions des médias, parlant d’un ton lent et monocorde, pour débiter le plus de banalités possibles. Afin, bien sûr, de livrer le moins d’éléments possibles à son homologue, Didier Deschamps. Mais, parfois, le bouclier s’est fendu.

"La France est la favorite de ce groupe et un des favoris de cet Euro, a-t-il d’abord rappelé, quand metronews lui a demandé si les deux victoires laborieuses des Bleus avaient donné confiance à la Nati suisse. Ils ont montré de grandes valeurs sur ces deux matchs. Ce n’était pas très aisé, mais on a aussi vu la pression s’abattre sur nous pendant nos deux rencontres. Je retiens que la France a montré de belles choses dans le jeu. Surtout, les grandes équipes progressent toujours, match après match, dans une compétition internationale. La France va monter en puissance. Mais nous aussi, nous voudront montrer que nous sommes une grande équipe."

A LIRE AUSSI >>  Euro 2016 : quand le sélectionneur suisse s’emballe franchement sur la performance de ses joueurs contre la Roumanie

La méfiance de rigueur a ainsi vite laissé place à l’ambition. Et quand Vladimir Petkovic a été interrogé sur la faiblesse française sur coups de pied arrêtés, le sélectionneur s’est un peu livré sur ses intentions. "Les coups de pied arrêtés ne suffiront pas. Il faudra une organisation, rester unis et compacts. Mais aussi courir énormément et avoir très envie de jouer au football." Jouer au football, dans le jargon de la langue de bois, signifie jouer l’attaque. Ce que la Suisse a d’ailleurs fait sans réserve lors de ses deux rencontres précédentes, un style tout en contraste avec celui, beaucoup plus défensif, affiché lors de la dernière Coupe du monde.

Une référence que le sélectionneur n’a que peu goûté : "Il n'y a qu'aujourd'hui et demain qui sont importants pour moi. On va essayer de tirer le maximum de ce match sans penser à ce qui a pu se passer au Brésil. On va jouer avec des nouveaux joueurs, un nouveau jeu, et on verra où cela va nous mener." Metronews a donc posé directement la question au sélectionneur : la Suisse va-t-elle, par ses dispositions offensives, tenter de mettre la défense tricolore sous pression ? "Cela ne dépendra pas que de nous. Mais on va jouer avec nos qualités, pour mettre l’équipe de France en difficulté." C’est peu dire que nos Bleus vont devoir élever leur niveau de jeu.

A LIRE AUSSI >> Le journal des Bleus du jour

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent