Lopes, Guerreiro, Silva : la touche "francês" du Portugal

Lopes, Guerreiro, Silva : la touche "francês" du Portugal
EURO 2020

FOOTBALL – Détenteurs de la double nationalité franco-portugaise, Anthony Lopes, Raphaël Guerreiro et Adrien Silva sont nés et ont grandi en France, mais ils ont tous les trois décidé de porter le maillot du Portugal.

Ils auraient pu tous les trois revêtir le maillot de l’équipe de France durant ce Championnat d’Europe. Nés sur le territoire français, Anthony Lopes, Raphaël Guerreiro et Adrien Silva ont fait leurs armes dans un club de l’Hexagone, mais, pour diverses raisons, ils ont tous opté pour la sélection portugaise. Focus sur ces Français du Portugal.

Anthony Lopes (25 ans, Olympique Lyonnais, 4 sélections) :
Né à Givors (Auvergne Rhône-Alpes), formé à l’Olympique Lyonnais, Anthony Lopes a fait toutes ses classes sur le sol français. Jusqu’à ses quinze ans, ses liens avec le Portugal se résumaient à des vacances passées chez ses grands-parents paternels et maternels du côté de Miranda de Dourno et de Barcelos. Mais à l’âge de seize ans, à l’heure de trancher entre la sélection de son pays natal et celle de son pays de cœur, Lopes n’a pas hésité une seule seconde. Revêtir le maillot de la Seleçao s’est imposé comme une évidence. "Quand il y avait la Coupe d'Europe ou la Coupe du monde, il n'y avait pas de question à se poser, c'était le Portugal, expliquait-il dans un entretien accordé au Parisien. Quand la sélection est venue frapper à ma porte, je n'ai pas réfléchi. C'est le choix du cœur et j'en suis assez fier." Malgré des prestations solides sous le maillot de l’OL, Lopes (25 ans) est toujours cantonné à un rôle de numéro deux derrière Rui Patricio et c’est donc depuis le banc qu’il assiste aux matches de sa sélection. Mais le fait de jouer un Euro, chez lui en France, suffit à le combler. "Jouer en France, ça rend cet Euro très spécial pour moi, pour Rapha, pour Adrien Silva parce qu’on est né en France. Ça nous tenait à cœur de faire partie de la liste."

Raphaël Guerreiro (22 ans, Borussia Dortmund, 10 sélections) :
Timide et réservé dans la vie de tous les jours, Raphaël Guerreiro (22 ans) n’est pas du genre à passer inaperçu sur un terrain de foot. Dès sa deuxième sélection sous le maillot du Portugal, le latéral gauche s’était notamment fait remarquer en inscrivant le but de la victoire, face à l’Argentine, sur la pelouse d’Old Trafford, s’il vous plaît. Malgré quelques soucis avec la langue portugaise qu’il comprend mais qu’il parle très peu, le futur joueur du Borussia Dortmund s’est rapidement intégré au groupe lusitanien, devenant un titulaire à part entière après la blessure de Coentrao. Une adaptation express à laquelle a contribué Cristiano Ronaldo, en personne. "Quand il m’a dit bonjour, j’avais les yeux grands ouverts. Il m’a de suite parlé, m’a notamment demandé où je jouais, où se trouvait Lorient… C’est quelqu’un de bien", révélait Guerreiro après ses premiers pas avec le Portugal. Ses excellentes performances avec Lorient lui auraient certainement permis de concurrencer Patrice Evra en équipe de France, de retrouver Clairefontaine, l’endroit même où il a été formé, durant l’Euro, mais le natif du Blanc-Mesnil (Île de France) a "toujours préféré le Portugal à la France" et pour lui ça ne faisait aucun doute : sa carrière internationale devait s’écrire hors de l’Hexagone.
A LIRE AUSSI >> Guerreiro, ce joueur qui a fait mieux que Messi et Ronaldo

Adrien Silva (27 ans, Sporting Portugal, 10 sélections) :
Contrairement à ses deux autres partenaires, Adrien Silva n’a jamais foulé les pelouses de Ligue 1 et son ascension s’est faite du côté du Portugal et plus précisément au Sporting Portugal, son club formateur au sein duquel il continue d’évoluer et dont il est le capitaine. Mais le milieu de terrain âgé de 27 ans aurait très bien pu faire carrière en France si, pour raisons professionnelles, ses parents n’avaient pas décidé de déménager au Portugal quand il avait 12 ans. Né à Angoulême d’un père lusitanien et d’une mère française, Adrien Silva fait ses classes aux Girondins de Bordeaux et a même pour voisin Mathieu Valbuena, qu’il croisera le 4 septembre dernier lors d’un match amical entre le Portugal et la France. En dépit de cette enfance passée en France, le cœur de Silva est vert et rouge, même si une partie de sa famille continue de vivre dans sa Charente natale. Séparé très tôt de ses parents, cet exil au Portugal lui a forgé un mental d'acier et son installation définitive dans son pays de cœur l’a naturellement incité à choisir la Selecao. "La France a une grande place dans mon cœur, mais je vis à Lisbonne depuis quatorze ans, ma femme est portugaise et mon fils aussi, souligne Adrien. Aujourd'hui, je me sens plus portugais."

Mais um passo rumo à final! Estamos unidos e queremos ir até ao fim! A cereja no topo do bolo, festejar com a família! Que ALEGRIA! #SempreComCoração #euro2016 #portugal

Une photo publiée par Adrien Silva (@adriensilva23) le

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

EN DIRECT - Port du masque dès 6 ans, télétravail... Jean Castex précise le plan de reconfinement

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous

Reconfinement : crèches, écoles, collèges et lycées resteront ouverts "avec des protocoles sanitaires renforcés"

Reconfinement : dans quelles conditions pourrai-je encore me déplacer ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent