Olivier Giroud n’oublie pas les "médisants" et ses "détracteurs"

Olivier Giroud n’oublie pas les "médisants" et ses "détracteurs"
EURO 2020

EQUIPE DE FRANCE – Auteur de l’ouverture du score face à la Roumanie (2-1), Olivier Giroud est désormais un attaquant apaisé. Qui, de son propre aveu, ce samedi à Clairefontaine, se nourrit de la pression et de l’adversité.

L’explosion de joie démonstrative d’Olivier Giroud, après avoir ouvert le score face à la Roumanie (2-1) vendredi soir, lors du match d’ouverture de l’Euro 2016, nous a frappés. Parce qu’elle renvoie à la manière très renfermée avec laquelle il avait célébré ses précédents buts, durant les deux derniers matchs amicaux de préparation, notamment marqués par des sifflets à son encontre. Avait-il besoin d’inscrire un but en compétition pour se libérer complètement ? "On m’a reproché de trop intérioriser, a-t-il répondu, dans un sourire, à metronews, ce samedi à Clairefontaine. Alors j’ai promis que j’allais 'extérioriser' un peu plus. Sinon, je ne fais pas de différence. Mais c’est vrai que j’étais très attendu par rapport à ce match..."

Détendu... et (un brin) rancunier ?

C’est l’éternelle question avec Olivier Giroud : quelle est la part de sincérité et celle de calcul ? Cible récurrente de critiques malgré une série de huit buts sur ses six dernières titularisations en Bleu, l’attaquant d’Arsenal s’efforce de ne rien laisser transparaître, bien qu’il ait avoué avoir été "un peu touché" par les sifflets de Nantes. Débarqué en claquettes dans l’auditorium du centre technique national de football, il est ainsi apparu complètement détendu. Mais parfois, dans ses propos, sonnait quelque chose comme l’expression d’une rancœur.

EN SAVOIR + >>  Olivier Giroud : "Ce serait mentir de dire que les sifflets ne m’ont pas touché"

Cette expression révèle le caractère d’un homme beaucoup plus dur avec lui-même que ne peut l’être le public. "La route qui mène à la réussite n’est jamais terminée... J’aime bien la sortir celle-là", a-t-il rigolé. Avant de vite reprendre son sérieux : "C’est ce que j’aime dans le foot. Il faut toujours se remettre en question, parce qu’on n’est jamais arrivé. Surtout quand il y a une grande pression comme aujourd’hui. Maintenant, je suis fier, heureux, soulagé, tout ce que vous voulez..."

Olivier Giroud : "Je travaille sur moi pour ne pas montrer que je m'en veux"

Chez Giroud, il y a en fait toujours cette volonté de se positionner vis-à-vis de l’extérieur, et donc vis-à-vis de la haine qu’il peut susciter chez certains. "On me dit souvent que je suis meilleur dans l’adversité, mais j’aimerais bien ne pas toujours avoir à me battre contre les médisants, a-t-il répondu à une question portant… sur sa forme actuelle. Mes statistiques parlent d’elles-mêmes. J’ai accumulé beaucoup de confiance. Donc je ne me pose pas plus de questions que ça sur mes détracteurs." Il venait pourtant de les évoquer de lui-même, sans qu’on l’y invite.

Chez Giroud, on ne peut en fait pas distinguer l’être et le paraître. Interrogé au sujet de sa progression, de sa nouvelle faculté à ne plus accuser le coup après avoir raté une occasion, il a baissé la tête, comme pour se sourire à lui-même, puis il a dit : "Je vous avouerai qu’intérieurement, je m’en veux toujours autant. Mais je travaille effectivement sur moi pour ne pas le montrer. Ca fait partie du boulot d’attaquant de se remobiliser. C’est important parce que ça peut arriver sur l’action d’après." Le "ça", en l’occurrence, est précisément ce qui fait courir l’avant-centre des Bleus, plus que n'importe quoi d'autre. En un mot : la reconnaissance.

EN SAVOIR +
>> VIDÉO - Son coup de tête victorieux face à la Roumanie
>> Les larmes de Giroud pendant la Marseillaise

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

EN DIRECT - Plus de la moitié des lits de réanimation occupés par des malades du Covid-19

Pourquoi les écoles pourraient rester ouvertes en cas de reconfinement ?

Reconfinement, écoles ouvertes... les pistes envisagées par Emmanuel Macron à la veille d'un nouveau tour de vis

REPLAY - Didier Raoult sur LCI : "Je ne suis pas Nostradamus"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent