Portugal – France (1-0, a.p.) : "Il n'y a pas de mots...", Deschamps et les Bleus inconsolables

Portugal – France (1-0, a.p.) : "Il n'y a pas de mots...", Deschamps et les Bleus inconsolables
EURO 2020

FOOTBALL - Encore sous le coup de l'immense déception de cette défaite face aux Portugais en prolongation, Didier Deschamps s'est présenté la mine triste pour la traditionnelle conférence de presse. Tout comme Antoine Griezmann, qui a accueilli sans sourire ni mot son trophée de meilleur buteur de l'Euro.

Un gros moment de gêne. A l'image de Lionel Messi nommé meilleur joueur de la Coupe du monde 2014 tout juste perdue par l'Argentine face à l'Allemagne, Antoine Griezmann a dû lui aussi subir (littéralement) les honneurs d'une distinction individuelle un soir de défaite collective. Ainsi, plus d'une heure après le coup de sifflet final de cet Euro qui a vu le Portugal s'imposer face aux Bleus (1-0, a.p.), le n° 7 tricolore, fort de ses six buts durant le tournoi (une première depuis Michel Platini en 1984) a accompagné Didier Deschamps devant les médias pour recevoir son soulier d'or. Un trophée qui au regard de la mine fermée de l'attaquant a sur le coup semblé peser des tonnes de plomb.

Il faut dire que l'intéressé aurait évidemment préféré se présenter le sourire aux lèvres avec un ou deux buts de plus dans son escarcelle, comme il en a eu l'occasion durant cette rencontre qui a pourtant tourné au vinaigre pour la France. "Antoine a eu des opportunités, mais il est tombé sur un très bon gardien (Rui Patricio, ndlr), a ainsi commenté Deschamps face aux médias. C'est un jeune joueur qui a montré de très belles choses au très au niveau, je veux quand même le féliciter". Difficile, quand même, dans ces instants de défaite de trouver du positif pour celui qui a jusque-là tant gagné.

"C'est un gros coup sur la tête mais on ne s'arrête pas là"

"Le sentiment qui prédomine c'est une énorme déception, c'est cruel, a poursuivi le champion du monde 1998. On voulait aller au bout et offrir ce titre aux millions de supporters qui ont été derrière nous". Et quand le sélectionneur, qui comme prévu reste en poste au moins jusqu'au Mondial 2018 en Russie, est interrogé sur l'avenir de ce groupe de jeunes joueurs vice-champions d'Europe, il a, à chaud, bien du mal à se projeter : "Il n'y a pas de mots pour atténuer leur déception, elle est énorme. Il va nous falloir un peu de temps pour digérer ça. Mais on repartira..."

Pas plus tard qu'en septembre prochain, d'ailleurs, avec le premier tour de qualification à la prochaine Coupe du monde. Une échéance qui, si elle ne redonne pas le sourire à Deschamps, lui permet quand même de mettre le joli parcours de l'équipe de France en perspective. "Sincèrement, je suis très fier de ce qu’on fait les joueurs, même s'il n'y a pas la récompense au bout, a encore expliqué DD. C'est un gros coup sur la tête, mais on ne s’arrête pas là. Avec ce groupe, on peut envisager des jours meilleurs et un avenir intéressant". De aussi quoi oublier (un peu) le présent.

EN SAVOIR + 
>> Comment le rêve Bleu a viré au cauchemar
>> Toute l'actu sport de metronews

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

EN DIRECT - Covid-19 : le bilan va "s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions"

Débat Trump/Biden : "C’est incroyable de voir des visions aussi radicalement opposées s’exprimer aussi calmement"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent