Portugal-France : comment le rêve Bleu a viré au cauchemar

Portugal-France : comment le rêve Bleu a viré au cauchemar
EURO 2020

FOOTBALL – Les planètes semblaient alignées pour une victoire française dans cette Euro à domicile. Mais dimanche, au terme d'une finale crispante, les hommes de Didier Deschamps n’ont pas su saisir leur chance, s'inclinant sur un but dans la prolongation du Lillois Eder. Malgré la sortie prématurée de Cristiano Ronaldo, l’équipe de France n’a pas concrétisé les quelques occasions laissées par une Selecçao sans génie mais finalement championne d’Europe en prolongation.

Tout est gâché. Alors que tout le pays venait de retrouver le sourire grâce à ses Bleus et s’était rassemblé autour d’eux après une année 2015 dramatique, les coéquipiers de Paul Pogba ont échoué au moment de parapher la dernière page de ce belle histoire. Peut-être l’était-elle trop d’ailleurs, avec cette équipe de France plutôt sympa, bien partie pour nous faire oublier Knysna.

Tout avait pourtant parfaitement commencé sur la pelouse du Stade de France, où malgré une invasion de papillons de nuit, les Bleus avaient réalisé une entame parfaite en prenant tout de suite les Portugais à la gorge. Ainsi, sur son premier ballon, Cristiano Ronaldo prenait un bouchon réglementaire de Dimitri Payet mais voyait son genou gauche vriller (8e minute). Assurément le tournant de cette finale. Si le triple Ballon d’or n’a quitté la pelouse sur civière qu’un quart d'heure plus tard, dans la foulée de ce choc, Antoine Griezmann n’a pas réussi à tromper la vigilance d'un énorme Rui Patricio, malgré une magnifique tête lobée (10e).

Le poteau de Gignac dans les arrêts de jeu

Surtout, une fois CR7 remplacé par Ricardo Quaresma, le match a pris un rythme étrange, comme si les 22 acteurs avaient besoin de temps pour digérer cette énorme forfait. Bizarrement, ce sont les Portugais qui ont alors semblé avoir l’estomac le plus solide, car au lieu de baisser la tête, Pepe et compagnie ont encore plus resserré les rangs. Aucune erreur derrière et un gardien impressionnant sur sa ligne – Moussa Sissoko (34e et 84e) et Olivier Giroud (75e) s’y sont notamment heurtés -, les hommes de Fernando Santos ont fini par écœurer ceux de Didier Deschamps.

Au point que la chance légendaire du sélectionneur français a décidé changé de camp, comme sur cette tête de Griezmann qui a frôlé la barre transversale (66e) ou sur ce poteau d’André-Pierre Gignac dans les arrêts de jeu du temps réglementaire (90e + 2). 

Soudainement crispés par la tournure des événements, les Bleus ont même semblé subir durant les minutes de pause qui ont précédé la prolongation. Surtout quand un Ronaldo, boitant bas, est revenu sur la pelouse du Stade de France pour motiver ses troupes.

Et comme dans un mauvais film dont on sent malheureusement venir la fin , le Portugal a fini par briser le rêve français. En deux temps : sur une main d’Eder devant la surface tricolore, c’est Laurent Koscielny qui a été sanctionné et Raphaël Guerreiro (108e) qui a vu son coup franc s’écraser sur la barre d’Hugo Lloris. 

Quelques minutes plus tard (1-0, 109e), le portier français n'a ensuite rien pu faire sur une frappe de ce même Eder, pourtant si peu convainquant avec Lille cette saison. Un véritable cauchemar, à l'image de ce qu'avaient vécu les Portugais en 2004, lorsque eux aussi avaient perdu un Euro à la maison face à la Grèce.

EN SAVOIR + 
>> REVIVEZ - La défaite des Bleus en finale de l'Euro
>> Toute l'actu sport de metronews

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

EN DIRECT - Covid-19 : le bilan va "s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions"

Débat Trump/Biden : "C’est incroyable de voir des visions aussi radicalement opposées s’exprimer aussi calmement"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent