VINTAGE - Euro 2016 : ils ont gagné l’Euro en France, Bruno Bellone (2/4)

VINTAGE - Euro 2016 : ils ont gagné l’Euro en France, Bruno Bellone (2/4)
EURO 2020

En 1984, l’équipe de France de football réussissait l'exploit dont rêvent les Bleus d’aujourd’hui : remporter l’Euro en France. Les principaux acteurs de cette épopée victorieuse déballent leurs souvenirs et abordent les chances de la bande de Deschamps pour l’été prochain. Deuxième épisode de notre feuilleton avec Bruno Bellone.

Redoutable ailier, Bruno Bellone se faisait surnommer Lucky Luke pour sa capacité à dégainer ultra rapidement. Titulaire en finale de l’Euro, il a inscrit en fin de match le but du break contre l’Espagne, scellant définitivement le titre des Bleus. Reconverti conseiller sportif à la maire du Cannet (06), il a récemment créé Socialfoot , un réseau social pour les footballeurs amateurs, aidant les jeunes à trouver des clubs.

 L’ambiance
"Je souhaite à l’équipe de France actuelle de pouvoir profiter de la même ambiance que celle qu'on a eu en 1984, c’était exceptionnel. En province, les gens étaient heureux de nous voir jouer. On avait créé un lien fort depuis notre défaite en 1982."

Jouer un Euro en France, une chance ?
"Déjà, c'est avant tout un honneur de jouer devant son public. Je me souviens de 84... c'était magnifique. Certes, il y avait cette crainte de décevoir, mais l'envie de réussir était plus forte que tout. Notre groupe était homogène, on était une bande de copains, et c’est grâce à ça qu’on a eu de bons résultats. J’ai fait huit ans en équipe de France, et je n'ai rencontré que des supers gars. C’est une vraie chance de disputer cet Euro 2016 en France, mais n'oublions pas que les Belges ou les Italiens ne sont pas loin. On peut vite se retrouver à l’extérieur !"

 Son plus grand souvenir
"Sans hésiter, le match à Marseille contre le Portugal, en demi-finale. Le scénario est fou. C’était un moment intense et fusionnel avec le public. J’avais jamais vu un stade aussi bouillant. Sur le but de Michel (Platini), j’ai cru que le stade s’était écroulé. Tout le monde a sauté en même temps, c’était magique. Si on n’avait pas eu le public à ce moment-là, on ne serait jamais revenu dans le match, j’en suis persuadé."

EN SAVOIR >> Suivez France-Albanie en direct et en notre compagnie ici

 Son but face à l’Espagne
"C’est le plus important de ma carrière. Qui ne rêve pas de marquer en finale ? Après la rencontre, Michel Platini m’a dit qu’il aurait aimé marquer mon but, et non pas le sien (une boulette du gardien espagnol lui avait permis d’ouvrir le score sur coup-franc). Ça me touche, forcément, mais je lui ai dit qu’il en avait marqué neuf, et que j’aurais bien aimé être le meilleur buteur (rires). Son record de buts sur une seule édition va être difficile à aller chercher."

 Les chances des Bleus pour 2016 
"Il y a beaucoup de talent dans cette équipe. Une belle osmose. Pour la victoire finale, tout dépendra de l’entente dans le groupe : tu peux battre n’importe qui si tu t’entends bien. Ce sera à Didier de faire le meilleur groupe possible. Si y a des joueurs qui foutent le bordel, ce sera un problème. Mais le groupe paraît sain... tant mieux !" 

A LIRE AUSSI >>  Ils ont gagné l'Euro : Alain Giresse (1/5)


 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

"Nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie, alerte l'infectiologue Karine Lacombe

Caricatures, loi sur le voile, mise à l'honneur d'Israël... quand la France est visée par un boycott

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 52.000 nouveaux cas en 24 heures, nouveau record quotidien

Sept personnes arrêtées après un incident à bord d'un pétrolier au large de l'Angleterre

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent