Colombie : le condor, un roi des cimes menacé

Colombie : le condor, un roi des cimes menacé

Pour l'observer, il faut grimper sur les sommets escarpés de la Cordillère des Andes, à plus de 4 000 mètres d'altitude. Porté par des vents puissants, c'est là que le condor prend son envol. Il révèle toute son envergure : 3,2 mètres les ailes déployées.

Francisco est biologiste. Depuis quinze ans, il arpente la Colombie pour recenser les condors. Il n'en a compté qu'une soixantaine dans tout le pays. Son travail a permis d'inscrire le rapace sur la liste des espèces en danger critique d'extinction. Le condor est carnivore. Il se nourrit de charogne et s'attaque au bétail. Excédés, certains agriculteurs n'hésitent pas à appliquer la manière forte. Ils empoissonnent les cadavres d'animaux dont se nourrissent les condors. En quelques jours, trois condors ont été retrouvés foudroyés par un puissant cocktail de pesticide et de mort-aux-rats. Une course contre la montre est lancée pour empêcher l'éradication de l'espèce. Francisco, le biologiste, se rend de ferme en ferme pour aider les éleveurs à vivre avec les condors. L'année dernière, il a récolté des fonds pour permettre à cette agricultrice de construire cet enclos, une protection contre les prédateurs.

Toute l'info sur

Le WE

En Colombie, la survie du Condor ne tient qu'à un fil. Mais le rapace peut compter sur la mobilisation du peuple indigène Kokonuko dans le sud du pays. Tous les jours, les membres de la communauté s'organise pour nourrir le couple de condors qui vit sur leur territoire. Pour eux, c'est un animal sacré. Ils l'appellent : le messager du soleil. Les condors peuvent vivre jusqu'à 60 ans. Ce sont des animaux fidèles. Ces deux spécimens par exemple sont en couple depuis 26 ans, mais ils n'ont jamais eu de petits, mystère de la nature.

À 1 000 km plus au nord, sur la côte Caraïbes, un centre a permis à cet autre couple de se reproduire. Tous les jours, ces scientifiques les observent. Ils veillent particulièrement sur le petit, né il y a six mois. Une femelle baptisée Aimara. L'année prochaine, elle volera en liberté. Les scientifiques espèrent que comme ses parents, elle trouvera un partenaire et permettra la survie de l'espèce.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Interview d’Eric Zemmour sur LCI : retrouvez nos vérifications

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Elections en Allemagne : qui est Olaf Scholz, qui pourrait succéder à Angela Merkel ?

Grippe, gastro, angine et rhume de retour : bonne ou mauvaise nouvelle sur le front du Covid ?

Emmanuel Macron l'inaugure ce lundi : à quoi sert la nouvelle académie de l'OMS, dirigée par Agnès Buzyn ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.