Italie : le travail de haute-voltige des cordistes de la tour de Pise

Italie : le travail de haute-voltige des cordistes de la tour de Pise

REPORTAGE - C'est l'un des plus beaux monuments du monde. Construite il y a 900 ans, la tour de Pise n'a jamais été vraiment droite. Elle nécessite une attention et des réparations constantes. Mais elle est si fragile qu'il est impossible d'y installer un échafaudage.

C'est une descente à haut risque. 58 mètres en rappel. Même les badauds retiennent leur souffle. Au sommet de la tour, huit restaurateurs commencent à s'équiper. Aucun n'est professionnel en alpinisme. Chacun se concentre en silence, jusqu'au moment appelé "le débarquement". Après de longues minutes d'adaptation, le travail peut commencer. Objectif : identifier les zones friables pour les renforcer plus tard. Chaque centimètre carré est observé, touché, contrôlé. La tour subit l'érosion du fond marin et son inclinaison la fragilise.

Toute l'info sur

Le 20h

Plus tôt dans la journée, chaque geste a été répété au sol. Les restaurateurs ont été formés pendant une semaine par des alpinistes venus de Lombardie. La tour a 800 ans, et depuis un siècle, les nombreux travaux de redressement ont fragilisé le sol tout autour. Alors, aujourd'hui, les ingénieurs veulent éviter à tout prix les grues et les échafaudages. Plus de 30 descentes au total auront lieu d'ici la fin de la semaine. Cette opération sera ensuite reconduite tous les six mois. Elle sera même étendue aux autres monuments de la place des Miracles.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Déconfinement : les pistes du gouvernement

EN DIRECT - Covid-19 : 30.472 personnes hospitalisées, 5914 patients en réanimation

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

100.000 morts du Covid en France : quel est le profil des victimes ?

Lire et commenter