Admission post bac (APB) : les critères de l'algorithme en partie dévoilés

Admission post bac (APB) : les critères de l'algorithme en partie dévoilés
EXAMENS 2018
DirectLCI
APB - Le gouvernement l’avait promis en décembre, il a divulgué ce 1er juin le fonctionnement de l’algorithme qui départage les candidats aux formations non sélectives saturées.

Chaque année, l’admission post bac est un moment décisif et angoissant pour les terminales. Ils doivent choisir et surtout hiérarchiser les établissements auxquels ils souhaitent postuler pour leur enseignement supérieur. Or une question se posait sur la sélection des candidats pour certaines filières.

En effet, certaines formations non sélectives reçoivent un nombre de candidatures plus élevé que leur nombre de places (droit, psychologie, Staps, Paces...) ; elles sont dites "sous tension". Alors intervient l’algorithme d’APB, un système automatisé qui choisit sur critères les lycéens qui intégreront cette filière.

Jusqu’à présent ces critères n’étaient pas divulgués. Les candidats ne savaient pas comment ils étaient choisis pour ces formations. L’association Droits des lycéens est allée jusqu’à saisir la Commission nationale d’accès aux documents administratifs (Cada) pour obliger le gouvernement à révéler cet algorithme.

EN SAVOIR + >> Polémique autour de l’algorithme de sélection de l’APB

Le ministère de l’Enseignement supérieur a attendu ce 1er juin, lendemain de la date limite pour hiérarchiser ses vœux, pour le faire ... en partie. Il n'a pas révélé le code source de l'algorithme mais les critères qu'il prend en compte.

La priorité aux candidats de l'académie

Ainsi, pour une filière non sélective sous tension, l’algorithme donne la priorité aux candidats qui ont passé leur baccalauréat ou résident dans la même académie que celle de l’établissement. Parmi eux, il sélectionne d’abord ceux qui ont mis l’établissement en premier choix relatif, c'est-à-dire en premier des formations non sélectives (les vœux pour les autres types de filières comme les prépas par exemple ne sont pas pris en compte).

Puis parmi eux, l'algorithme donne la priorité à ceux qui ont mis l’établissement en premier choix absolu (les vœux pour les autres types de filière sont ici considérés). S’il reste des places, l’algorithme sélectionne ensuite les candidats qui ont mis la formation en second choix absolu, puis ceux qui l’ont mis en troisième etc.

Si le nombre de candidats qui ont mis l’établissement en premier choix absolu dépasse le nombre de place, l’algorithme effectue un classement aléatoire.

Ce tirage au sort a été utilisé pour 188 formations, ce qui représente près de 10 % des licences, selon Le Monde . "Il avait conduit à écarter près de 7.000 candidats de leur vœu n° 1", écrit le journal, soit "1%" des bacheliers selon le ministère.

Des filières finalement sélectives

Le dévoilement du fonctionnement de l’algorithme d’APB souligne ainsi les limites d’un système universitaire qui se veut ouvert à tous mais qui devient finalement sélectif parce que saturé, et qui restreint le brassage géographique des étudiants.

Il met aussi à mal la politique affichée de l’APB de laisser l’opportunité aux lycéens de classer leurs vœux selon leur "ordre de préférence" et "sans auto-censure". Il y a bien une stratégie à mettre en place pour la hiérarchisation des établissements.

Pour l'association Droits des lycéens, ces critères rendent le processus "illégal" car non conforme au Code de l'éducation qui évoque notamment la prise en compte de "la situation de famille du candidat". "Nous allons publier un guide pour aider les lycéens à faire des recours", explique à metronews Clément Baillon, président de l'association.

"Ces explications ne suffisent pas, ajoute Augustin Ruggieri, responsable de la communication de l’association. Nous réclamons toujours l'algorithme." D'autant que seul le fonctionnement de l'algorithme pour les filières en tension a été révélé. Alors que selon un membre du comité national de suivi de la plateforme APB cité par L'Obs , les universités sélectives "ont la possibilité de demander à APB de ne sélectionner que des candidats qui les ont placées en premier." La transparence n'est donc pas encore totale.

À LIRE AUSSI >> L'agenda de l'APB

Lire et commenter