Admission post-bac (APB) : polémique autour de l’algorithme de sélection

DirectLCI
APB - Comment sont choisis les candidats pour les filières non sélectives saturées ? C’est la grande question que les lycéens se posent alors qu’ils n’ont plus que 15 jours pour hiérarchiser leurs vœux. L’association Droits des lycéens a interpellé le ministère… sans réponse.

Vous êtes en terminale, vous allez passer le bac et vous en êtes à ce moment décisif où vous devez classer vos vœux pour vos études supérieures. Si la filière est sélective (classe prépa, DUT, BTS…) vous êtes sélectionné(e) sur dossier, selon des critères propres à chaque établissement. Si la filière est en accès libre dans votre académie sans limitation de place, vous êtes assuré(e) d’être pris(e).

EN SAVOIR + >> Aidez-vous des pastilles de couleur pour hiérarchiser vos vœux

Si la filière est non sélective et sous tension, c’est-à-dire qu’il y a trop de demandes pour le nombre de places (droit, psychologie, Staps, Paces...), c’est l’algorithme de l’APB qui effectue la sélection. Ce traitement automatisé est basé sur des critères. Mais lesquels ? Là est toute la question. Thierry Mandon, secrétaire d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur, avait lancé en décembre : "Nous allons dévoiler l’un des secrets défense les mieux gardés : l’algorithme d’APB." Depuis, aucune révélation.

L’association Droits des lycéens a pris en main le dossier et, face au silence du ministère, a saisi la Commission nationale d’accès aux documents administratifs ( Cada ). "La Cada met environ un mois pour répondre, donc nous sommes en attente", explique à metronews Clément Baillon, président de l’association.

Des critères différents selon les textes

Droits des lycéens est allé fouiller dans les différents textes et en a sorti des incohérences. En effet, selon l’ art L612-3 du Code de l’éducation , "lorsque l'effectif des candidatures excède les capacités d'accueil d'un établissement, constatées par l'autorité administrative, les inscriptions sont prononcées, après avis du président de cet établissement, par le recteur chancelier, selon la réglementation établie par le ministre chargé de l'enseignement supérieur, en fonction du domicile, de la situation de famille du candidat et des préférences exprimées par celui-ci."

Or le guide du candidat de l’APB n’évoque pas tout à fait les mêmes critères : "l’académie de passage du baccalauréat ou de résidence et l’ordre des vœux" (page 13). Ce qui inquiète encore plus l’association : les critères évoqués dans le rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale remis en 2012, sur l’APB.

Le document explique que "pour les classes de première année de licence (L1) dites à capacité insuffisante, les règles pour départager les candidats ont été modifiées en 2011" (page 8). Sont d’abord sélectionnés les lycéens qui ont mis au moins six vœux de L1. Parmi eux, on choisit ensuite ceux qui ont mis cette L1 en premier vœu de la formation concernée. S’ils sont encore trop nombreux, on choisit ceux qui ont mis la L1 en premier vœu absolu. Et si les effectifs sont toujours trop importants, on tire au sort.

Ces critères sont-ils toujours d’actualité cette année ? Metronews est toujours en attente d’un retour du ministère de l’Enseignement supérieur.

À LIRE AUSSI >>  Entrée en fac de médecine : non, les étudiants franciliens ne seront pas tirés au sort

Pour une meilleure information des lycéens

Une telle sélection est "illégale et injuste", selon Droits des lycéens qui prend l’exemple d’un terminale qui vit à Nanterre (académie de Versailles). "Etant plus proche de Paris, il va postuler aux licences de médecine de la capitale et mettre les établissements de l’académie de Versailles en choix 2. Or s’il n’est pas pris à Paris où les places sont chères, il a également peu de chances d’être pris à Saint-Quentin-en-Yvelines car c’est sous tension et qu’il ne l’aura pas mis en choix 1", illustre à metronews Augustin Ruggieri, responsable de la communication de l’association.

"Prendre les vœux en compte renverse le principe d’APB, insiste Clément Baillon, le président. Et comme on n'a aucune information sur les raisons des refus de nos candidatures on ne se rend pas compte de ce qui se joue derrière."

En effet, on peut lire sur le guide de l’APB (page 9) : "Vous pouvez modifier le classement de vos demandes de formations par ORDRE DE PRÉFÉRENCE ET SANS AUTOCENSURE (sic) en fonction : de vos souhaits, de votre projet de poursuite d’études, de votre projet professionnel. Les établissements demandés n’ont à aucun moment connaissance de votre liste ordonnée de vœux."

Mais il y aurait finalement bien une stratégie à adopter. "On veut connaître l’algorithme pour savoir mieux hiérarchiser nos vœux", résume Augustin Ruggieri. D’autant qu’il ne reste que 15 jours pour modifier le classement de ses souhaits.

EN SAVOIR +
>>
Vous avez jusqu'au 31 mai pour modifier le classement de vos vœux
>>
La stratégie pour hiérarchiser vos vœux

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter