"Merci de jouer ma vie au loto" : la deuxième phase d'admission post-bac irrite les futurs bacheliers et fait réagir la Ministre

EXAMENS
DirectLCI
REVUE - Alors que le portail national d'admission post-bac (APB) délivrait ce lundi à 14 heures une nouvelle vague de résultats pour les élèves de Terminale, nombreux sont les déçus et malchanceux à dénoncer le caractère stressant, hasardeux ou injuste de cette procédure de tirage au sort. Dans un communiqué, Frédérique Vidal a réaffirmé son engagement d'y mettre fin pour la rentrée 2018.

Ils n'ont pas eu plus de chances lors de la 2nde vague. Ce lundi s'ouvrait la deuxième phase de la procédure APB (Admission post-bac) qui permet aux lycéens d'exprimer leurs voeux d'études supérieures. Et avec elle, un vent d'espoir. Mais nombreux sont les futurs bacheliers insatisfaits à partager leur expérience malheureuse sur les réseaux sociaux. 


En cause ? La situation est restée inchangée depuis la première phase de résultats et génère un stress qui peut parfois plus prononcé dépassé celui provoqué l'attente des résultats du bac. 


"Le système APB va me rendre fou, attendre trois semaines cette deuxième phase pour revoir 'liste d'attente'", regrette ainsi un lycée sur Twitter. Un autre préfère en rire : "Ptdddddrrr, mais j'ai retrouvé ma liste pareil qu'au 8 juin, c'est une blague."


Comme ces derniers, les candidats qui attendaient d'être fixés sur leur sort, avaient rendez-vous sur la plateforme du ministère de l'Education à 14 heures pour découvrir lequel de leur vœu sera exaucé en septembre prochain, grâce au jeu des désistements et des premiers choix. Verdict ? Toujours aucun, pour l'heure. 

"Le gros nul qu'on prend en dernier au foot"

Contraints d'attendre la troisième phase, programmée le 14 juillet, certains regrettent des délais d'attente beaucoup trop longs, quand d'autres dénoncent un système injuste et hasardeux. "Je vais devoir attendre la troisième phase, j'ai l'impression d'être le gros nul qu'on prend en dernier quand on joue au foot", confie un malheureux. "J'aurais dû foirer mon bac, parce qu'au moins à l'heure actuelle, je saurais où j'irais en septembre", ironise une autre.


La deuxième vague de réponses aux voeux émis par les futurs bacheliers ou étudiants en réorientation sur la plateforme APB, publiées ce lundi, montre une baisse du nombre de formations universitaires obligées d'afficher une liste d'attente faute de places. Elles sont désormais 115, contre 169 le 8 juin, date de la première vague de réponses, selon un communiqué du ministère. Il reste actuellement 17.000 étudiants qui n'ont pas obtenu leur premier voeu (dans une filière non sélective), contre 26.000 début juin, a précisé Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, sur RTL.

6.000 bacheliers "sur le carreau" en septembre ?

"Les chiffres que j'ai ne sont absolument pas satisfaisants" a admis la Ministre qui décrit un système "à bout de souffle."

 

"On ne peut pas se satisfaire d'une situation où les étudiants sont tirés au sort . C'est pourquoi je veux vraiment qu'on travaille pour la rentrée 2018 pour supprimer ce système" a-t-elle ajouté. Pour conclure, elle a tenu a adresser un message à l'attention des lycéens concernés : "je travaille pour chacun d'entre vous pour vous trouver une solution pour la rentrée."


Pour rappel, l'an dernier, 3.000 bacheliers s'étaient retrouvés "sur le carreau", un chiffre qui pourrait doubler cette année selon les syndicats étudiants inquiets.

Plus d'articles

Lire et commenter