Après l'épreuve "pro-animaux" de français, celle "pro-chasseurs" de sciences fait rire les candidats au bac

DirectLCI
CONTRE-PIED - Le sujet de l'épreuve anticipée de français proposé lundi aux élèves de première, qui avait pour thème les hommes face aux animaux, les a beaucoup fait rire. Ce jeudi lors de l'épreuve de sciences sur laquelle ont planché les premières des séries ES et L, c'est au contraire la protection des chasseurs qui était au programme. Une opposition sur laquelle les candidats n'ont pas manqué d'ironiser.

Pour leur première épreuve écrite du baccalauréat, le français, les élèves de première S et ES ont bien ri. Quatre textes portant sur l’homme et l’animal leur étaient soumis pour cet examen d’une durée de 4 heures : Les Essais, livre II, de Montaigne, la préface du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes de Rousseau, l’article "Bêtes" du dictionnaire philosophique de Voltaire, et enfin "Qui sait si l’âme des bêtes va en bas ?" tiré de Le Temps, ce grand sculpteur de Marguerite Yourcenar. 


Les candidats devaient ensuite commenter l'article de Voltaire, disserter sur "La littérature vous semble-t-elle un moyen efficace pour émouvoir le lecteur et dénoncer les cruautés commises par les hommes ?", ou se mettre dans la peau d'un journaliste cherchant à montrer la nécessité de promulguer une Déclaration des droits de l'animal. Dès la sortie, nombreux sont ceux qui ont ironisé sur cet énoncé.

D'autres, comme les associations L214 ou 30 millions d'amis, se sont largement réjouis du choix des sujets.

Mais il y en a que ces sujets n'ont pas du tout fait rire : les chasseurs. Le président de leur Fédération, Eddie Puyjalon, a même réclamé des excuses de la part du ministère de l'Education nationale.

Leurs contestations auraient-elles été entendues ? Ce jeudi, lorsque les premières des séries ES et L ont découvert le sujet de leur épreuve anticipée de sciences, ils ont eu la surprise de lire un énoncé les invitant à se pencher sur... les chasseurs et la manière dont le choix de leurs tenues peut leur permettre de se protéger des accidents de chasse. 

Un contraste avec l'épreuve de lundi qui a déclenché un nouveau flot de tweets ironiques :

Retrouvez tous nos articles sur le baccalauréat dans notre dossier dédié.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter