Restitution de copies retenues, oraux reportés... les rattrapages du bac ont débuté dans une certaine confusion

Examens 2019
INÉDIT - Après les couacs de la semaine dernière, marquée par une rétention de notes puis de copies du baccalauréat, l'étape des rattrapages qui s'est ouverte ce lundi n'est pas représentative des sessions précédentes dans certaines académies, où des candidats avec des résultats provisoires ont croisé des professeurs grévistes venus rendre leurs copies...

C'est une session de rattrapages à l'image de ces dernières semaines d'examens, pour le moins inédites en raison d'une accumulation de couacs, qui s'est ouverte ce lundi. Alors que 103.000 candidats au baccalauréat ayant obtenu une moyenne comprise entre 8 et 9,9 à l'écrit sont concernés par les oraux, qui se tiennent de lundi à mercredi inclus, certains, avec des résultats provisoires, passeront peut-être cette dernière étape pour rien. D'autres, recalés eux aussi avec une note non définitive, seront peut-être appelés in extremis...


Pour ajouter à la confusion dans certains établissements, certains de ces candidats convoqués dès lundi matin, ont croisé des professeurs grévistes, venus remettre symboliquement les copies qu'ils retenaient depuis jeudi pour protester contre la réforme Blanquer.

Restitution de copies à Aubervilliers et Montpellier

Ce cas de figure inédit s'est notamment produit dans le lycée Le Corbusier d'Aubervilliers en Seine-Saint-Denis, où quatre professeurs sont venus remettre 250 copies manquantes dans la matinée. Dans ce centre d'examen, les oraux ont d'ailleurs finalement été reportés et les élèves déjà sur place priés de rentrer chez eux. Ceux n'ayant pour l'heure qu'une note provisoire sont appelés à revenir mardi matin pour connaître leur note définitive et savoir s'ils passent ou non par la case des rattrapages. Ceux ayant déjà leur note définitive et devant donc passer à l'oral sont, eux, appelés à revenir à partir de mercredi matin. 


A Montpellier, c'est une quinzaine de correcteurs grévistes du baccalauréat qui a symboliquement remis les copies retenues au rectorat lundi, soutenu par un rassemblement d'environ 300 enseignants. Devant la porte du rectorat, les grévistes ont brandi les grosses enveloppes marrons contenant les copies en scandant "Blanquer Démission!"


Les manifestants ont créé une haie d'honneur jusqu'à la porte du rectorat afin de laisser passer, sous les applaudissements, les correcteurs grévistes. À l'intérieur du rectorat, les services s'étaient organisés pour accueillir, à la hâte, les correcteurs. Cinq par cinq, ils ont pu déposer leurs copies avant de repartir munis d'une attestation de dépôt.

Mardi, les copies manquantes seront considérées "perdues"

Pour rappel, face à la grève, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer avait mis en place une "solution technique" : en cas de notes manquantes, celles du contrôle continue ont été prises en compte. Et si la note du bac s'avère finalement meilleure, c'est celle-là qui sera conservée.


Contacté par l'AFP, le ministère a expliqué qu'"une centaine de professeurs restent mobilisés" (et ont encore des copies), principalement dans les académies de Créteil, Versailles et Montpellier. Mais la rue de Grenelle l'assure : "s'ils ne rendent pas les copies ce soir (lundi), elles sont considérés comme perdues". "Il y a eu des menaces de grève dans quelques endroits" pour le rattrapage, mais "on a prévu des remplaçants", affirme-t-on aussi. 


Lundi vers 20H00, l'ensemble des copies étaient "rapportées" et la "quasi-totalité" des jurys ont pu se tenir, "quelques délibérations se terminant dans la soirée", a indiqué le ministère dans un communiqué, tout en précisant que les candidats provisoirement ajournés et finalement admis ou l'inverse, seront informés avant mardi 10H00. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter