Bac français : on a calculé le nombre de textes écrits par des femmes depuis 1999 (et c’est pas beaucoup)

Examens 2019

DEUXIEME SEXE - Lycéenne, lycéen, vous venez de passer votre épreuve de bac anticipée en littérature ? Et vous n’avez rien remarqué ? Parmi les auteurs proposés, aucune femme. Mais il n’y a rien là de vraiment étonnant, car depuis 1999, elles ne représentent que 4% des écrivains sélectionnés. C’est metronews, à l’aide de sa calculatrice, qui vous le dit.

Elle a été lancée il y a deux mois mais c’est aujourd’hui, à l’occasion des épreuves du bac français, qu’elle connaît son heure de gloire. Une pétition, lancée sur change.org et totalisant près de 20.000 signatures, interpelle la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem afin qu’une plus grande place soit donnée aux auteures, au sein des épreuves anticipées de littérature.

Françoise Cahen, une professeure de lettres au lycée d’Alfortville à l’origine de ce coup de gueule, n’en veut pas particulièrement aux vénérables écrivains qui trustent les programmes des classes de première. Pour la plupart, estime-t-elle dans sa pétition , ce sont "des beaux livres, écrits par des auteurs importants qui méritent d’être étudiés". Son argument à elle, c’est bien de dire qu’aux côtés de Honoré de Balzac, Emile Zola ou encore Victor Hugo se trouvent aussi "de grandes écrivaines comme Marguerite Duras, Mme de Lafayette, Annie Ernaux, George Sand, Louise Labé…". Qui de manière quasiment systématique, semblent passer à la trappe.

Colette et Simone de Beauvoir

L’édition 2016 des épreuves de littérature n’a pas dérogé à la règle. Dans le corpus de textes, c’est bien simple, il n’y a aucune femme. Mais qu’en a-t-il vraiment été lors des précédentes éditions ? Pour en avoir le cœur net, metronews a sorti sa calculatrice. Et s’est replongé dans les annales du bac, depuis 1999. Le résultat est sans appel :

75 auteurs différents, 3 femmes

Sur les 117 textes proposés aux séries du bac général Economique et Social (ES), Scientifique (S) et Littéraire (L), entre 1999 et 2016, nous avons relevé exactement quatre extraits d’œuvres signées par des femmes, soit une proportion de 3,41%. Parmi elles, les écrivaines et philosophe Colette, Simone de Beauvoir et Christine Montalbetti.

Autre façon de voir les choses : des auteurs, parmi les textes sélectionnés, apparaissent plusieurs fois. C’est le cas de Victor Hugo, étudié à six reprises, d’Emile Zola ou d’Arthur Rimbaud, qui reviennent tous les deux quatre fois. Et de l’auteure Colette, dont le livre Sido a été étudié à deux reprises, en 2007 dans la série littéraire, puis en 2013 chez les scientifiques. En basant notre calcul sur les 75 auteurs différents présentés dans les épreuves écrites du bac, le chiffre obtenu est à peine mieux :  les écrivaines ne représentent que 4% des textes soumis. 

"Réalité historique"

Comment expliquer alors ce déséquilibre ? Pour Frédéric Maillard, professeur en classe préparatoire littéraire contacté par metronews, ce chiffre reflète "une réalité historique". "Jusqu'au 19e siècle, il y avait effectivement très peu de femmes parmi les auteurs. Mais ensuite, à partir du 20e, les choses évoluent de manière spectaculaire. Aujourd'hui, il y autant d'auteurs féminins que masculins dans la littérature. C'est pourquoi dans les épreuves orales, où une plus grande place est faite aux textes contemporains, on retrouve davantage d'écrivaines."

Et le prof de reprendre : "Il serait stupide de demander une parité dans les textes proposés aux épreuves du bac". En revanche, parce qu'elle est révélatrice de l'état de la société à un moment donné, cette inégalité pourrait être soulignée, débattue, expliquée. Pourquoi pas, même, en classe de français ?

A LIRE AUSSI >> Les sujets et corrigés du bac français 2016

Et aussi

Lire et commenter