Fausse fuite des sujets du bac d'histoire-géo : comment un candidat a réussi à semer la pagaille

DirectLCI
FAKE - Il assure avoir seulement voulu "faire réviser" ses camarades en diffusant son faux sujet sur les réseaux sociaux. Il a finalement réussi a semer la pagaille au sein de l'Education nationale qui, face aux rumeurs de fuite, a décidé de distribuer un sujet de secours aux terminales S qui planchaient sur l'histoire-géo mardi. Damien, candidat au bac scientifique, a expliqué à un blogueur du Monde comment il a monté sa supercherie.

Les choses ne se sont pas passées comme prévues pour les candidats au bac scientifique. Mardi, alors que les terminales S s’apprêtaient à passer leur épreuve d’histoire-géo, les établissements ont reçu en urgence des sujets de secours après plusieurs suspicions de fuites. En plus de fausses fuites, plutôt crédibles, sur le forum jeuxvideo.com, des photos illustrant ce qui s’apparentait, à première vue, à un vrai sujet, avaient été publiées la veille par un internaute sur Twitter. A l’origine de ce canular, un lycéen, Damien. Il a été interviewé par Guillaume Ouattara, journaliste pour Demain Tv et blogueur-invité du Monde.

Un faux sujet pour "faire réviser" ses camarades

"J’ai mis l’éducation nationale en PLS [position latérale de sécurité, ndlr.]", se vante-t-il auprès du blogueur du Monde. Cet élève de filière scientifique explique avoir créé, avec des amis, un faux sujet en reprenant des intitulés des dernières éditions du bac et en insérant un texte "pris au hasard" sur internet. La mise en page, elle, ressemblait à s’y méprendre à celle d'un document officiel. Très fier de son coup, il assure avoir seulement voulu "faire réviser" ses camarades : "Je voulais que ceux qui avaient fait des impasses révisent les chapitres sur le Moyen-Orient et la gouvernance mondiale." Posté sur les réseaux sociaux, le faux document sera partagé plusieurs centaines de fois.

Un sujet pas si imaginaire ?

Un internaute alerte, également contacté par le blogueur du Monde, affirme avoir détecté très vite la supercherie, notamment grâce à une faute d’orthographe. Mais l’Education nationale a préféré opter pour les sujets de secours. Pourquoi ? Face à cette question, elle restera muette. Selon le tweet d'une candidate, Damien aurait en fait peut-être tapé dans le mille en choisissant ses sujets. La professeure de cette internaute aurait en effet consulté ceux qui étaient prévus à l’origine, et deux des trois thèmes imaginés par Damien y auraient été présents. "Je ne pensais pas que cela prendrait autant d’ampleur en si peu de temps, je regrette pour les candidats n’ayant pas été à l’aise avec les sujets de secours",  affirme le jeune homme dans les colonnes du site hébergé par Le Monde.

Retrouvez tous nos articles sur le baccalauréat dans notre dossier dédié.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter