Soupçons de fuites au Bac : comment les gendarmes surveillent les internautes

Soupçons de fuites au Bac : comment les gendarmes surveillent les internautes

INFO METRONEWS – Plusieurs internautes sont soupçonnés d'avoir fait "fuiter" les sujets des épreuves de philosophie du baccalauréat lundi, avant l'heure légale. Des gendarmes spécialisés dans la cybercriminalité œuvrent dans l'ombre, tout au long de l'examen crucial, pour traquer ces éventuels fraudeurs.

L'alerte a été donnée très tôt, lundi matin, au ministère de l'Education nationale. A 8 heures 16, les bacheliers planchent sur leur épreuve de philosophie depuis quelques minutes à peine lorsque, déjà, des internautes sèment la pagaille : un twittos aurait dévoilé les sujets de l'examen pour la filière S. Quelques minutes plus tard, rebelote : une jeune fille qui se présente comme étudiante en hypokhâgne diffuse ce qui semble être les sujets de l'examen pour les filières ES et L. Problème : ils ne sont pas censés "fuiter" dans l'heure suivant le début de l'épreuve. Un délai rallongé cette année en raison de la grève SNCF , pour permettre aux retardataires de passer leur examen sans avoir eu connaissance des sujets. Une enquête est alors ouverte auprès de la brigade de lutte contre la cybercriminalité de la gendarmerie.

En vérité, cela fait déjà depuis dimanche que les forces de l'ordre sont sur le pont. Depuis 2012, plus précisément, "nous avons quelques accords avec l'Education nationale", nous confie une source de la gendarmerie. "De la veille du premier examen jusqu’au dernier jour, nous assurons une veille sur Internet et en particulier sur les réseaux sociaux" afin de traquer d'éventuelles fuites, poursuit le gendarme. Au ministère de l'Education nationale, on nous confirme du bout des lèvres l'existence d'un tel dispositif, jusqu'à présent tenu secret. "Cela fait partie des sujets confidentiels", nous assure-t-on d'emblée.

Des twittos à l'identité bien gardée

Ce dispositif aurait été mis en place à la suite du scandale de 2011, lorsque trois jeunes avaient diffusé sur Internet un exercice de l'épreuve de mathématiques la veille de l'examen. "Dans le cas présent, c'est différent, nous explique le gendarme. A notre connaissance, ces cas de fuites sont postérieurs à l'heure de début de l'épreuve". Il n'en demeure pas mois que l’affaire est grave : "Dans les cas où les personnes divulguent les sujets durant la première heure, ils encourent trois ans d'emprisonnement, 9.000 euros d'amende et des sanctions disciplinaires", nous explique-t-on ainsi au cabinet du ministre.

Reste à identifier formellement ces suspects. Une mission à laquelle s'attellent donc depuis lundi les gendarmes de la lutte contre la cybercriminalité. Or, si les internautes ont communiqué les sujets à l'abri d'un pseudo, les fonctionnaires pourraient se heurter au silence de Twitter. Le réseau social ne communique en effet par toujours les identités des twittos, même lors de délits, comme ce fut le cas dans des affaires de tweets racistes ou homophobes. "La demande n'a pas encore été envoyée à Twitter, nous expliquait lundi après-midi le gendarme. Mais si le groupel refuse de coopérer, nous pouvons identifier les internautes notamment via leur adresse IP. La justice prend ensuite le relais".

Dans les faits, pourtant, il est difficile d'obtenir la condamnation des fraudeurs présumés. En témoigne l'affaire des trois jeunes mis en examen à Marseille en 2011 pour avoir divulgué les sujets du Bac. Celle-ci s'était rapidement dégonflée. Le juge avait en effet considéré que, même si le principal suspect, un lycéen de terminale S, possédait le vrai sujet entre les mains, il ne pouvait pas être certain qu'il s'agissait bien de celui qui serait effectivement distribué le jour de l'examen. La fraude n'était donc pas avérée. CQFD.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

Deux navires de guerre russe et américain frôlent l'incident en mer du Japon : "Un acte inadmissible"

"The Voice All Stars" : ces 6 talents qu’on aimerait voir en finale

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.