Une étude de doc "hors programme" ? Après l'épreuve d'histoire-géo, les candidats au bac ES se sentent (une fois de plus) lésés

Examens 2019
ET DE DEUX - Alors que des lycéens en première économique et sociale ont lancé une pétition jugeant l'épreuve anticipée de français qui leur a été soumise lundi "trop difficile", ce mardi, dans la foulée de l'épreuve d'histoire et géographie qui s'est déroulée dans la matinée, ce sont des élèves de terminale de la même filière qui se défoulent sur la Toile.

A les lire, on assisterait presque à un complot contre les lycéens en ES. Alors que des élèves inscrits en première économique et sociale ont lancé une pétition jugeant l'épreuve anticipée de français qui leur a été soumise lundi "trop difficile", ce mardi, dans la foulée de l'épreuve d'histoire et géographie qui s'est déroulée dans la matinée, ce sont des élèves de terminale de la même filière qui se défoulent sur la Toile.


Un certain nombre d'entre eux, qui semblait en effet s'être préparé à sortir feutres et crayons pour réaliser un croquis, a vraisemblablement eu la surprise de découvrir à la place une étude de documents sur un sujet qui, assurent-ils, n’avait pas ou à peine été étudié en classe. 

D'après les très nombreux commentaires qui s'amoncellent sur Twitter ces dernières heures sur le sujet, les candidats s'étaient donc préparés à tout sauf à cela. Mais quoi donc au fait ? Une série de cartes à analyser autour de la problématique "la compréhension géopolitique du monde est-elle réductible aux actions du maintien de la paix de l’ONU ?". Nombreux sont ceux en revanche à expliquer avoir appris sept croquis par cœur, selon les recommandations de leurs professeurs, pour préparer leur examen. 


Et comme les élèves de première ES qui, lundi s'estimaient lésés avec leur sujet de français par rapport à leurs camarades de L, ce mardi, les lycéens de terminale économique et sociale se disent désavantagés par rapport à ceux de la filière scientifique. "Les S ils ont la Chine et un croquis, c'est de la confiture aux cochons", peut-on notamment lire sur Twitter. Et à croire certaines publications, les intéressés, loin d’éteindre l'incendie, ont plutôt tendance à le raviver. "Chine + croquis. Que rêver de mieux. Allez, merci", publie ainsi l'un d'entre eux.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter