Bac 2018 : 6 conseils d'examinateur pour réussir vos oraux

EXAMENS
DirectLCI
COUP DE POUCE - Passer devant un jury peut être un exercice très difficile pour les personnes timides ou simplement peu à l'aise à l'oral. Pour vous aider à réussir vos oraux du baccalauréat, LCI a demandé conseil à un ex-avocat à la Cour de Paris et examinateur lors de cet examen.

L’art oratoire, on le sait, n’est pas franchement le point fort des Français. Très peu enseignée à l’école, cette discipline est pourtant essentielle tout au long de notre vie. La première fois que l’on se retrouve debout, devant un ou plusieurs professeurs pour exposer un sujet, c’est pour la plupart d’entre nous lors du bac. Une épreuve parfois très difficile, intimidante, voire traumatisante pour les plus timides d’entre nous. A quelques jours de cette salve d’examens, LCI est allé à la rencontre d’un examinateur pour savoir ce qu’il valait mieux faire, et à l’inverse, absolument éviter.


C’est à la sortie du lycée de la Folie Saint-James, à Neuilly-sur-Seine (92) que nous retrouvons Jean-Jacques Sarfati. Professeur de philosophie, ex-avocat à la Cour de Paris et chargé de cours en Droit et grands enjeux du monde contemporain à Paris Dauphine, il fait passer des oraux aux élèves de terminale L qui ont pris cette dernière matière en option. Des moments parfois difficiles à passer, avec des élèves, sous pression, qui fondent en larmes en pleine épreuve.

1. Relativiser

"Aujourd’hui, on met beaucoup trop la pression sur la réussite scolaire", déplore le professeur. "Il faut essayer de relativiser l’épreuve et d’arriver serein. De se dire que l’objectif n’est pas de dépasser ses limites mais de faire de son mieux." Selon l’examinateur il suffirait pour faire bonne impression de ne justement pas chercher à faire bonne impression. "Celui qui veut chercher à faire l’impossible est celui qui risque de craquer le jour de l’oral."

Être bien préparé

Il va de soi que passer un oral demande quelque préparations et révisions. Vous présenter les mains dans les poches ne devrait rien augurer de bon pour votre note finale. Pour Jean-Jacques Sarfati, il est nécessaire de se préparer "à la fois sur la forme et sur le fond. Sur la forme, c’est-à-dire essayer de s'entraîner autant qu’on peut devant ses camarades, devant des amis, devant un téléphone… Et le fond, c’est évidemment de connaitre son sujet. Parce qu’on ne peut pas croire qu’on peut tromper son évaluateur", insiste-t-il.


Et pour l'examinateur, cette préparation est d'autant plus nécessaire pour les personnes qui n'ont pas confiance en elles. "On doit gagner la confiance de celui qui nous écoute. Et cette confiance, si on ne l’a pas soi-même, c’est très difficile de la transmettre aux autres. La manière la plus assurée d’avoir confiance en soi dans un domaine scolaire, ou dans un domaine dans lequel il y a du contenu, c’est de bien connaitre son sujet."

Respecter le cadre

Que vous soyez à l'aise ou complètement stressé, n'oubliez pas, quoi qu'il arrive, de respecter le cadre. "Il ne faut surtout pas oublier que nous sommes dans un type de discours scolaire. Et ce type de discours obéit à certaines règles, à certaines formes qu’il faut respecter". L'examinateur conseille ainsi de "structurer le plus possible son discours en préparant un plan". Et, dans l’idéal, d'annoncer "son plan par une introduction, et de terminer son propos par une petite conclusion".

S'adresser à son examinateur

Lors de votre passage à l'oral, évitez  de regarder le bout de vos chaussures ou vos notes griffonnées sur du papier brouillon. Il faut au contraire établir un échange, un contact visuel avec celui ou celle qui vous écoute. Autrement, "on a l’impression de quelqu’un qui n’est pas dans la communication orale. Qui refuse la communication orale", souligne le professeur.

S'affirmer

Quoi de pire pour un examinateur que de voir une série d'élèves, défilant au tableau noir et déblatérant sur le même ton monocorde les mêmes généralités et les mêmes éléments de cours ? Pour Jean-Jacques Sarfati, l'essentiel est  avant tout "d'affirmer sa différence et de ne pas chercher à vouloir ressembler aux autres". À la fin de la journée celui qui vous a écouté devrait se  souvenir de votre présentation. Ce qui est généralement un bon point.

Aller à l'essentiel

Pour captiver l'attention de votre interlocuteur, la recette est simple : allez à l'essentiel ! "Il n'y a rien de pire que le bavardage", assure Jean-Jacques Sarfati. "Se répéter, ne pas dire des choses qui ont du sens", est donc absolument à éviter si vous ne voulez pas ennuyer et perdre votre auditoire.

Respirez un bon coup, ça devrait bien se passer.

En vidéo

Tout savoir sur le bac 2018

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter