VIDÉO - Bac 2018 : les notes de 200 candidats réexaminées lundi après un dysfonctionnement

EXAMENS
DirectLCI
OUI MAIS NON - Pour eux, les résultats ne sont finalement pas officiels. Des jurys de l'académie de Lille seront convoqués lundi pour harmoniser les notes d'environ 200 élèves, à qui les calculatrices avaient été injustement interdites lors des épreuves de maths et de physique-chimie, a annoncé le rectorat ce vendredi.

Ils ont crié victoire ce vendredi en découvrant leurs résultats au bac. Mais ceux-ci ne sont finalement peut-être pas définitifs. Les notes de 200 élèves de l'académie de Lille, qui s’étaient injustement fait confisquer leurs calculatrices lors de l’épreuve de physique-chimie et de mathématiques, seront réexaminées lundi par 18 jurys. Jeudi, le Syndicat national des enseignements de second degré (Snes-FSU) avait crié au scandale en indiquant que les résultats de ces candidats avaient avaient été modifiés sans l’accord du jury. "Je pense que le but du rectorat, pour pas qu’il n’y ait de vague, c’est qu’aucun élève ne soit refusé", explique au micro de TF1 un correcteur.


Lors d’une conférence de presse à Lille ce vendredi, la rectrice a expliqué que l'incident des calculatrices relevait "d'erreurs humaines". "Les candidats avaient bien le droit d'avoir une calculatrice", a-t-elle dit en assurant que sans l’appui de celles-ci, les épreuves étaient "très difficiles". C'est donc à cause de cette "rupture d'égalité", pour les élèves ayant passé leurs épreuves dans les lycées Pierre Forest de Maubeuge (Nord), Jean Perrin de Lambersart (Nord) et Sophie Berthelot de Calais (Pas-de-Calais), que le rectorat a artificiellement gonflé les notes. Mais, informée d'un possible dysfonctionnement lors de la délibération des jurys concernés, la rectrice a décidé de les réunir à nouveau" lundi afin de "leur permettre de réexaminer, le cas échéant, les notes attribuées à chacun de ces candidats".

Les résultats définitifs seront donnés aux élèves lundi soir, a indiqué le rectorat. Un numéro spécial a en attendant été mis à disposition des élèves et des familles pour les tenir informés.


Dans son communiqué, le Snes-FSU critiquait entre autres le rectorat pour ne pas avoir décidé "de faire composer à nouveau les élèves dans des conditions équitables, alors que c'était la solution la plus simple à ce dysfonctionnement", dénonçant des "tripatouillages indignes". 

Plus d'articles

Lire et commenter