Vieux, très jeunes, triplés... ces candidats hors du commun qui vont passer le bac

Examens 2019

INSOLITE - Mercredi 17 juin, près de 700.000 candidats débuteront les épreuves du baccalauréat 2015. Comme chaque année, quelques-uns d'entre eux sortent du lot. Triplés, plus vieux ou plus jeunes candidats, petit tour d'horizon.

Chez les Dall'ara, on révise à trois
"Même s'ils ont toujours été de bons élèves, on ne sait jamais... Il ne faudrait pas qu'il y en ait un qui échoue !". Marie-Agnès Dall'ara, maman d'Anaïs, Héloïse et Etienne, attend ces épreuves du bac avec un stress multiplié par trois. Après une année passée dans la même classe de terminale ES, à Vernon (Eure), ses triplés qui ont fêté leurs 18 ans lundi tenteront ensemble de décrocher le précieux sésame. Eux sont beaucoup plus sereins : réviser à trois, c'est plus facile. "On s'entraide et si l'un de nous a tendance à se relâcher, il y en a toujours un des deux autres pour le remotiver, nous confie Etienne. Moi je suis un peu plus fort en histoire, mes sœurs sont meilleures en maths. Quand je n'ai pas bien compris quelque chose, je frappe à leur chambre." Si chacun travaille de son côté en effet, "deux heures le matin, trois l'après-midi", tous essaient de potasser les mêmes sujets en même temps pour plus d'efficacité. Cette symbiose dure depuis la maternelle, mais leurs chemins devraient se séparer l'année prochaine. Etienne veut s'orienter vers une licence d'histoire pour devenir journaliste, Héloïse vers le stylisme, et Anaïs vers les sciences sociales.

  Marcel, 93 ans, a dû jeter l'éponge, mais Ascension, 85 ans, relève le défi
On ne compte plus les articles consacrés à Marcel Masegosa, désigné en 2014, alors qu'il était âgé de 92 ans, plus vieux candidat à passer le bac. Ayant été recalé, ce Dijonnais voulait retenter sa chance en filière littéraire et est présenté un peu partout, cette année encore, comme le doyen des aspirants bacheliers. "Je suis bien inscrit et le rectorat a donné mon nom aux journalistes, mais malheureusement, je ne pourrai pas me présenter en raison de problèmes de santé, soupire-t-il au téléphone. Rester assis deux fois quatre heures par jour sur une petite chaise, je ne me vois pas tenir le coup". Mais le nonagénaire, qui s'était lancé dans l'aventure pour motiver l'une de ses petites-filles, n'a pas dit son dernier mot. "Si je le peux, j'espère bien me réinscrire l'an prochain !". D'autres "anciens" restent néanmoins sur les rangs. Metronews relatait ainsi la semaine dernière l 'histoire d'Ascension, 85 ans . Après avoir accompagné sa jeune voisine brésilienne s'inscrire au lycée, cette l'habitante de Lavelanet, dans l'Ariège, a décidé elle aussi de reprendre les cours, sept décennies après l'obtention de son certificat d'études. Soutenue par la communauté éducative et aidée par son mari prof de maths à la retraite, elle passera la semaine prochaine son bac pro gestion-administration.

À LIRE AUSSI
>>
Réviser le baccalauréat : les fiches toutes prêtes sur le web, ça marche
>>
Brevet des collèges et bac 2015 : 5 conseils pour gérer le stress des examens

Andrea et Pierre-Antoine, les deux surdoués de Nice
Le record du candidat le plus jeune détenu depuis 1989 par Arthur Ramiandrisoa, 11 ans et 11 mois à l’époque, ne sera pas battu cette année. Le benjamin de la session 2015 serait en effet un lycée de Bourg-en-Bresse âgé de 13 ans, en section Economique et Social. Il souhaite garder l'anonymat. Ce qui n'est pas le cas de Andrea et Pierre-Antoine, eux-aussi âgés de 13 ans, que metronews a récemment rencontrés à Nice. Nés à un jour d'intervalle, les 24 et 25 août 2001, les deux "surdoués" à lunettes passent un bac scientifique option maths après avoir été dans la même classe de terminale du lycée Michelet. Ces camarades plus concurrents que copains ont des profils bien différents. Quand "l'aîné" Pierre-Antoine veut faire Science-Po et l'ENA, rêvant d'une carrière dans les cabinets ministériels, le "benjamin" Andrea, atteint du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme qui entraîne généralement des capacités intellectuelles exceptionnelles et des relations sociales difficiles, se destine à une carrière de chercheur en mathématiques. Chacun ne devrait pas manquer de comparer la moyenne de l'autre le 7 juillet, lorsque seront publiés les résultats du sacro-saint baccalauréat.

Lire et commenter