1,7 tonne de tabac de contrebande saisie à côté de la "jungle de Calais"

FAITS DIVERS

INFO METRONEWS - Les policiers du Pas-de-Calais ont saisi jeudi 9 mai 1,7 tonne de tabac de contrebande à bord d'un poids lourd en partance pour l'Angleterre. La valeur marchande est estimée à près de 450.000 euros. Les enquêteurs de la PAF pistaient le camion depuis plusieurs jours. Ils pensaient y trouver des migrants.

Ils pensaient flairer la piste d'un réseau de passeurs de migrants. Finalement, ils sont tombés une importante quantité de tabac de contrebande. Les policiers de la brigade mobile de recherche de la police aux frontières (PAF) viennent d'intercepter 1,7 tonne de tabac à rouler de contrebande à bord d'un poids-lourd qui s'apprêtait à passer en Angleterre depuis le port de Calais, a appris metronews de sources policières.

Spécialistes des réseaux de passeurs

Les policiers suivaient originellement la piste deux véhicules immatriculés en Grande-Bretagne qu'ils avaient repérés depuis le début de la semaine, garés à proximité de la "jungle de Calais". La brigade, plutôt spécialisée dans les réseaux de passeurs de migrants, s'était immédiatement mise à surveiller ces véhicules.

En milieu de semaine, deux individus sont allés en Belgique et au Luxembourg à bord de ces voitures. Et sont rentrés en France en encadrant un poids-lourd. "On pensait y trouver des migrants", précise une source policière. L'interception est fixée au jeudi 9 mai, alors que le chauffeur du camion prend la direction du port de Calais pour traverser la Manche et rejoindre l'Angleterre.

Laissé libre après une caution de 15.000 euros

Lorsque les policiers, accompagnés des douanes, ouvrent le camion, ils trouvent, dissimulés au milieu d'autres marchandises, les paquets de tabac. La valeur marchande est estimée à près de 450.000 euros. Selon notre source policière, la proximité avec le camp de migrants de Calais s'explique par "un effet d'aubaine". "Il y a beaucoup de voitures immatriculées en Grande-Bretagne à côté du camp, en raison de la présence d'humanitaires. Ils ont profité de ça pour tenter de passer inaperçus", précise notre source.

Le chauffeur a été laissé libre, dans l'attente de son procès, à l'issue de la retenue douanière. Il a dû néanmoins s'acquitter d'une caution de 15.000 euros. Les deux autres conducteurs des deux véhicules accompagnateurs n'ont pas été appréhendés. Les investigations se poursuivent.

A LIRE AUSSI >> Le prix du paquet de cigarettes alimente le marché noir

Lire et commenter