À 8 et 12 ans, elles neutralisent un kidnappeur présumé

À 8 et 12 ans, elles neutralisent un kidnappeur présumé
FAITS DIVERS

HEROÏNES - Deux sœurs de 8 et 12 ans ont mis en déroute un homme d’une soixantaine d’années qui tentait de les enlever, avant de mener la police à son arrestation.

Une histoire qui prouve encore que " la valeur n'attend point le nombre des années ". Alors qu’elles faisaient du vélo, deux sœurs, en vacances familiale à Châteauponsac à 45 km de Limoges, ont eu affaire à un homme qui, après plusieurs passages en voiture, s’est arrêté pour leur demander son chemin. Dans un geste très rapide, sans leur laisser le temps de répondre, l'homme a soulevé la plus petite des deux et tenté de la mettre dans son coffre. C'était compter sans sa résistance et le soutien courageux de sa grande sœur, qui s'est mise à crier pour alerter le voisinage et à donner des coups de pied à l'agresseur.

"Il est parti si précipitamment qu'il n'a pas refermé son coffre"

"Les deux fillettes ont agi remarquablement et avec un sang-froid qu'il faut souligner", a indiqué le procureur de Limoges, Michel Garrandaux. Pris de panique, l'agresseur a finalement lâché l'enfant et sauté dans sa voiture. "Il est parti si précipitamment qu'il n'a pas refermé son coffre", a précisé le magistrat.

Avec l'aide des deux filles, les gendarmes ont pu appréhender le suspect trois jours après, en recoupant les éléments fournis par les enfants (une voiture sans permis de couleur bleue et de quoi établir un portrait-robot), et le fichier des délinquants sexuels : l'homme avait été condamné en 2000 pour tentative de meurtre, et en 2008 pour agression sexuelle.

A l'arrivée des gendarmes à son domicile, le suspect a eu cette phrase : "Vous venez pour les petites filles...". Il n'a pas opposé de résistance et a reconnu les faits lors de son audition. Il a été placé en détention préventive à la maison d'arrêt de Limoges, dans l'attente de sa comparution le 17 octobre devant le tribunal correctionnel pour "tentative d'enlèvement ou de séquestration avec libération avant le septième jour", délit passible de 10 ans d'emprisonnement. 

Lire et commenter