Abou Mohammed al-Adnani : et si c'était lui le commanditaire des attentats de Paris ?

Abou Mohammed al-Adnani : et si c'était lui le commanditaire des attentats de Paris ?

DirectLCI
ENQUETE – Le belgo-marocain Abdelhamid Abaaoud ne serait pas le véritable commanditaire des attentats de Paris. Selon The Sunday Times, il serait le simple bras armé d'Abou Mohammed al-Adnani, un Syrien de 38 ans, porte-parole de l'Etat islamique. C'est lui qui serait désormais à la tête des "opérations extérieures" de Daech et aurait pensé, planifié et organisé les attaques du 13 novembre.

C'était en septembre 2014. Pour la première fois dans un message audio, l'Etat islamique menaçait directement la France. "Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen - en particulier les méchants et sales Français - (...), alors comptez sur Allah et tuez-le de n'importe quelle manière". Un message traduit en plusieurs langues et lu par un homme : Abou Mohammed al-Adnani, porte-parole de Daech.

Deux semaines après les attentats de Paris, The Sunday Times  assure que derrière cette voix se trouve le véritable commanditaire des attaques. Le Belgo-marocain Abdelhamid Abaaoud, présenté un temps comme "l'instigateur présumé", ne serait en fait que le simple bras armé d'Abou Mohammed al-Adnani, resté en Syrie. Le journal britannique explique que ce Syrien de 38 ans dirigerait une unité chargée des "opérations extérieures" - qui aurait orchestré "le massacre de Paris" - et contrôlerait un réseau de cellules terroristes : des djihadistes rentrés dans leur pays respectif après s'être entraînés à Raqqa et désormais prêts à passer à l’acte dans au moins cinq pays européens : l'Allemagne, la France, l'Italie, la Belgique et la Grande-Bretagne. Abou Mohammed al-Adnani est ainsi décrit comme une sorte de "ministre des attentats" au sein de l'organisation terroriste, ce qui lui vaudrait d’être en tête d'une "kill list" des autorités anglaises. Son nom est également inscrit dans les " Rewards for Justice " ("Récompenses pour la justice") des Etats-Unis qui promettent 5 millions de dollars à quiconque aidera à sa capture.

"Une structure chargée des attentats"

Le rôle d'Abou Mohammed al-Adnani, de son vrai nom Taha Sobhi Falaha, interroge également depuis plusieurs mois les spécialistes. "Si les responsabilités de chaque personnalité dans l'EI sont toujours très difficiles à déterminer et qu'il n'apparaît pas dans l'organigramme de Daech, il semble avoir plus d'importance que ce que l'organisation le laisse croire", explique à metronews Olivier Hanne, historien et islamologue, auteur de "L'État islamique, anatomie du nouveau califat. Car depuis quelques semaines, l'organigramme flou de Daech semble avoir évolué. "Une nouvelle branche spécialisée dans les attentats à l'extérieur du Moyen-Orient a été identifiée en novembre, branche dont on ignorait jusqu'à présent l'existence, nous confirme le spécialiste. Nous ne savons pas encore si elle est rattachée au Calife, regroupant 7 à 9 ministères au sein de l'EI ou au Conseil de guerre, cœur du système qui contrôle l'armée islamique. Quoi qu'il en soit, cette structure serait en charge des attentats à l'international".

Abou Mohammed al-Adnani, un des premiers combattants étrangers en Irak à se battre contre les forces de la coalition américaine, pourrait-il être désormais à la tête de cette cellule ? "Nous travaillons sur des hypothèses, développe Olivier Hanne, mais il y a effectivement un faisceau d'indices : il aurait été en prison avec al-Baghdadi (le numéro 1 de Daech) entre 2004-2006. Il a ensuite gravi les échelons et est devenu le porte-parole de l'EI. C'est le seul aujourd'hui à être aussi présent médiatiquement. Ses discours sont aussi bien construits que ceux du calife, c'est un très "bon communicant" au sens où il a un très bon phrasé coranique qui plaît aux djihadistes. Ses déclarations sont systématiquement reprises dans les vidéos de Daech". Dernier exemple en date : "Sa voix apparaît en fond sonore d'un des enregistrements qui revendiquent les attentats du 13 novembre, dans lequel on voit la Tour Eiffel s'effondrer. Le fait d'avoir intégré sa voix à cette vidéo n'est peut-être pas un hasard".

À LIRE AUSSI

>> Attentats du 13 novembre : le dossier de la rédaction
>>
Salah, Brahim et Mohamed : la fratrie Abdeslam au cœur de l'enquête
>> Retour sur les parcours d’Abaaoud et d'Abdeslam


 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter