Ado tué dans l'Hérault : les aveux "confus" du demi-frère

Ado tué dans l'Hérault : les aveux "confus" du demi-frère

FAIT DIVERS - Un jeune homme de 17 ans a été mis en examen et placé en détention lundi soir pour l'assassinat de son demi-frère de 12 ans, tué d'un coup de couteau samedi dans une rue de Sauvian. Selon le parquet, ses explications seraient pour l'instant "confuses".

La victime avait été retrouvée par des passants samedi soir vers 23h30 chemin des Mazeilles à Sauvian (Hérault). A même le sol, en caleçon, un jeune garçon, grièvement blessé mais encore en vie. Malgré l'intervention des secours, l'adolescent, âgé de 12 ans, n'a pas survécu. 

48 heures après le drame, le procureur de la République de Béziers Yvon Calvet a annoncé lundi soir que le demi-frère de la victime avait été mis en examen pour assassinat et placé en détention, conformément aux réquisitions du parquet.  Agé de 17 ans, il avait été interpellé au domicile de la grand-mère maternelle, à quelques  mètres de l'endroit où le corps de son demi-frère avait été découvert. "Il a reconnu avoir tué son demi-frère mais ses explications sont confuses, précise le procureur ce mardi à LCI. Il a semble-t-il reproché à son cadet de vouloir prendre l'autorité sur le reste de la famille et de jouer à sa place le rôle de l'aîné... Mais ce n'est pas clair. Des expertises psychiatriques et psychologiques vont être menées pour permettre notamment de mieux cerner sa personnalité, qui semble pour le moins perturbée, et apprécier pleinement son degré de responsabilité pénale". 

Un couteau de cuisine

Selon nos informations, les cinq enfants de la famille, âgés de 3 à 17 ans, et  domiciliés dans la maison de la grand-mère maternelle, s'étaient couchés vers 20 heures samedi soir. "Vers 22 heures, le mis en cause se serait levé et aurait décidé de poignadé son demi-frère, qui dormait seul dans une chambre. Pour ne pas alerter ses autres frères et soeurs et sa grand-mère, il lui aurait placé la main sur la bouche avant de lui porter un coup de couteau au niveau du cou. Il aurait ensuite déplacé la victime, qui respirait toujours, hors de la maison, puis l'aurait déposée dans la rue. Elle n'a été retrouvée qu'une heure trente plus tard par des passants alors qu'elle était bras en croix et en sang", indique une source proche de l'enquête à LCI. L'arme du crime, un couteau de cuisine, a été saisie par les enquêteurs de la gendarmerie nationale. La mère, elle, est hospitalisée

Joint par notre rédaction ce mardi, le maire de Sauvian, Bernard Auriol, n'a pas souhaité nous parler. "Le dossier est clos, il n'a plus rien à dire" indique-t-on en mairie. Sur TVSud, lundi, l'élu avait pourtant donné de nombreux éléments, notamment sur le contexte familial. Il indiquait ainsi que la "famille était en détresse sociale mais avec des enfants scolarisés", en précisant que les cinq enfants étaients nés de quatre pères différents.  L'édile avait ajouté ajouté que "la famille ne faisait pas particulièrement parler d'elle, si ce n'est que les voisins entendaient parfois des disputes". 

Dans le cadre de l'information judiciaire ouverte du chef d'assassinat, les investigations se poursuivent. Elles sont menées par la brigade de gendarmerie de Valras, la Brigade de recherche de Béziers et la Section de recherche de Montpellier.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

EN DIRECT - Tous les militaires français envoyés en opérations extérieures seront vaccinés contre le Covid-19

EN DIRECT - Procès Lelandais : les parents d'Arthur Noyer exaspérés par les incohérences de l'accusé

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.