Affaire Bentounsi : le parquet fait appel de l'acquittement du policier

Affaire Bentounsi : le parquet fait appel de l'acquittement du policier

DirectLCI
JUSTICE - Le parquet a fait appel vendredi de l'acquittement d'un policier qui a tué un braqueur en 2012 à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis. L'acquittement il y a une semaine de Damien Saboundjian, ce gardien de la paix de 36 ans, avait fait vivement réagir aussi bien dans la salle d'audience que sur les réseaux sociaux.

Le parquet général a fait appel ce vendredi de l'acquittement d'un policier poursuivi pour avoir tué un braqueur en 2012 à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis. Damien Saboundjian, gardien de la paix de 36 ans, était poursuivi pour le meurtre, d'une balle dans le dos, d'Amine Bentounsi, un malfaiteur armé en cavale. Des faits passibles de vingt ans de réclusion car commis, circonstance aggravante, par une personne dépositaire de l'autorité publique.

EN SAVOIR + >> Mort du braqueur Amine Bentounsi : le policier acquitté grâce au bénéfice du doute

Vendredi dernier, la cour d'assises de Seine-Saint-Denis avait acquitté Damien Saboundjian, jugé pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, estimant qu'il avait agi en état de légitime défense et n'était donc pas responsable pénalement de la mort d'Amine Bentounsi. L'avocat général avait requis cinq ans de prison avec sursis et une interdiction définitive d'exercer contre le policier.

"C'est un acharnement"

Le verdict avait été accueilli à Bobigny sous les hurlements de manifestants qui criaient: "Pas de justice, pas de paix", "la justice acquitte et la police assassine". A l'annonce de cette décision, les réactions avaient été très vives sur Twitter. Le procès s'était tenu en plein débat sur l'opportunité d'assouplir la légitime défense pour les policiers, confrontés à la menace djihadiste et qui bénéficient d'un fort regain de popularité depuis un an.

EN SAVOIR + >> Procès de la mort de Bentounsi : sur Twitter, la révolte et le fatalisme

"C'est un acharnement", a réagi l'avocat de l'accusé, Daniel Merchat, auprès de l'AFP. "Je suis étonné que le parquet général critique ainsi une décision rendue par un jury populaire et surpris qu'il se mette à la remorque de quelques groupuscules spécialisés dans la contestation des institutions de la République".
 

Plus d'articles