Affaire Fiona : de nouvelles photos viennent perturber le procès

COMPTE-RENDU D'AUDIENCE – Au troisième jour du procès de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf, jugés pour des violences sur la petite Fiona ayant entraîné sa mort en 2013, une avocate des parties civiles est venue bousculer l’audience. Mercredi matin, elle a révélé avoir reçu des photos d’un témoin sur le lieu où pourrait être enterré le corps de l’enfant. Des clichés diffusés en début d’après-midi à la cour.

On espérait des révélations de la part des accusés. C’est une avocate des parties civiles qui a finalement créé la surprise au troisième jour du procès de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf, jugés pour avoir porté des coups à la petite Fiona en 2013 qui ont entraîné sa mort. Malgré les importantes recherches près du lac d’Aydat, le corps de l’enfant n’a jamais été retrouvé. 


Me Grimaud  a ainsi bousculé une audience qui s’enlisait depuis le début de la matinée dans les dénégations des deux accusés. "J’ai été destinataire dans le courant de la nuit de photos d’un témoin qui pourraient être le lieu où a été enterrée Fiona", annonce l’avocate de l’association "Innocence en danger" avant la suspension de l’audience. Elle demande que les clichés soient imprimés et diffusés dès la reprise des débats. Effervescence médiatique en attendant le visionnage.  Les rumeurs bruissent devant l’entrée de la cour d’assises de Riom. Le public se presse et joue des coudes pour pouvoir assister à la suite d’un  rebondissement qui pourrait entraîner le transfert de la cour sur les lieux. 

Peu avant 15 heures, le président met fin au suspense en allumant les écrans de télévision. Cinq photos prises par le témoin, une promeneuse, sont projetées. On voit un petit chemin puis une grosse pierre et de la terre recouverte de feuilles dans un secteur boisé d’Aydat. Le président zoome sur une croix visiblement réalisée avec deux bâtons de bois. Elle semble en bon état. Il y a trois ans, la mère de Fiona avait raconté avoir posé une petite croix sur le lieu de sépulture de sa fille. "ça me laisse des doutes, la croix était plus petite ", commente l’accusée qui assure avoir simplement "posé deux morceaux de bois par terre". Celle montrée à la cour est plantée. 


Les photos d’une pelle en évidence laissent un peu perplexes. Les témoignages farfelus depuis le début de l’enquête ont en effet été nombreux. Berkane Makhlouf, lui, ne reconnaît pas celle dont il s’est servi pour enterrer le corps. Mais le beau-père et la mère de Fiona ont toujours assuré ne plus se rappeler du lieu exact où ils ont enterré le corps de la fillette. Si ces nouvelles révélations sont prises avec beaucoup de prudence, le président ne peut balayer le doute insinué. Il demande que le témoin soit attendu "dès que possible". En attendant, l’audience est suspendue.  

En vidéo

Procès Fiona : la mère de la fillette dévoile pour la première fois son visage autoritaire

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Mort de Fiona : peine alourdie en appel pour la mère

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter