Affaire Grégory : placée en détention, Murielle Bolle a été mise en examen pour "enlèvement de mineur de 15 ans suivi de mort"

FAIT DIVERS - Transférée à Dijon pour être présentée à la juge d'instruction, Murielle Bolle a été mise en examen pour enlèvement ce jeudi soir, selon son avocat. Suivez les derniers événements avec nous.
Live

ACCUSATION


Dans un communiqué, le parquet général près de la Cour d'appel de Dijon explique que "Mme Murielle Bolle a été mise en examen ce jour par la présidente de la chambre de l'instruction pour enlèvement de mineur de 15 ans suivi de mort" et que son "incarcération provisoire a été ordonnée pour un délai maximum de 4 jours ouvrables". 


Il précise qu'une "vérification a été effectuée à la suite de la découverte, à l'église de Lépanges sur Vologne, d'un registre d'intention de prières sur lequel se trouvait une inscription relative à l'assassinat de Grégory prétendument signée de Murielle Bolle". Avant d'ajouter que "les analyses ADN, qui ont nécessité un nouveau prélèvement de Mme Bolle afin de garantir la pertinence du résultat, n'ont pas confirmé que celle-ci avait eu en main ce cahier." Ainsi, "les investigations se poursuivent". 

DEFENSE


"Le témoignage de l'un de ses cousins éloigné semble avoir été déterminant dans cette mise en examen", a précisé l'avocat de Murielle Bolle.


"Un débat aura lieu mardi sur sa mise en liberté ou son maintien en détention", a-t-il ajouté à la sortie de la Cour d'appel de Dijon. "Il faut qu'on ait le temps de démonter le canevas de ragots et de mensonges qui constituent l'essentiel de l'accusation."

VERDICT


Murielle Bolle, témoin clé du dossier, a été mise en examen pour "enlèvement", selon son avocat, Jean-Paul Teissonnière. Elle est placée en détention jusqu'à mardi. La chambre de l’instruction se prononcera ensuite sur la prolongation ou non de cette mesure. 


A l'époque âgée de 15 ans, elle avait livré un témoignage accablant sur son beau-frère Bernard Laroche, inculpé sans attendre. Peu de temps après, au début de l'année 1885, elle s'était rétractée et son beau-frère, libéré. Mais son cousin, Jean-Marie Villemin, le père de Grégory l'avait ensuite tué. 


Plus de 32 ans après les faits, l'accusation considère qu'elle a joué un rôle dans l'enlèvement du petit Grégory, retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne

L'HEURE APPROCHE 


Murielle Bolle vient d'arriver au palais de justice, cachée sous des draps blancs. Comme l'a annoncé le procureur général quelques heures plus tôt, elle ne pourra être entendue que jusqu'à minuit. 

EN BREF


Ancien témoin clé du dossier, elle avait déclaré en 1984 avoir assisté à l'enlèvement de Grégory Villemin, assassiné il y a 32 ans, avant de se rétracter. Que sait-on de cette mère de famille aujourd’hui âgée de 48 ans, qui pourrait être l’une des pièces maîtresses du puzzle macabre ? LCI fait le point

VIDÉO - Affaire Grégory : que sait-on de Murielle Bolle, collégienne en 1984 et présentée devant le juge

VIDÉO - Affaire Grégory : que sait-on de Murielle Bolle, collégienne en 1984 et présentée devant le juge

C'EST CONFIRMÉ


Finalement, Murielle Bolle sera bien entendue par la juge d'instruction. Son état de santé permet son déferrement, affirment les médecins

L'ATTENTE SE PROLONGE


Lors d'une conférence de presse, le procureur général a indiqué que le délai était de minuit pour savoir si Murielle Bolle serait entendu aujourd'hui

DERNIERE MINUTE


Toujours à l'hôpital, où elle a été transportée vers 13h30, Murielle Bolle, "ne sera pas présentée à la juge d'instruction avant 19h", a annoncé son avocat. "Les médecins approfondissent les examens. (...) C'est une fatigue et une pression psychologique difficiles à vivre."

UN TEMOIGNAGE CRUCIAL ?


Selon Le Parisien, les enquêteurs disposeraient des témoignages de cousins éloignés de Murielle Bolle. L'un d'entre eux aurait dévoilé que, dans la nuit du 5 au 6 novembre 1984, celle qui n'était alors qu'une adolescente aurait été "molestée par des membres de sa famille" pour revenir sur ses aveux. 

DERNIERE MINUTE


Murielle Bolle a fait un malaise peu après son arrivée. Vers 13H30, la suspecte a quitté la cour d'appel dans une ambulance des pompiers, a constaté un journaliste de l'AFP.

DERNIERE MINUTE


Murielle Bolle, 48 ans, arrêtée mercredi dans les Vosges, est actuellement devant la juge d'instruction. La présidente de la chambre de l'instruction de la cour d'appel, Claire Barbier, pourrait mettre en examen, placer sous le statut de témoin assisté ou remettre en liberté celle qui, adolescente, avait livré fin 1984 un témoignage accablant son beau-frère Bernard Laroche, inculpé sans attendre.

INTERVIEW


LCI a demandé au colonel Étienne Sesmat, qui avait interrogé cette adolescente à l'époque, son avis sur ce nouveau rebondissement.

Affaire Gregory : pour le 1er enquêteur, Murielle Bolle est "la seule de tout le dossier à avoir vu quelque chose"

Affaire Gregory : pour le 1er enquêteur, Murielle Bolle est "la seule de tout le dossier à avoir vu quelque chose"

Muriel Bolle "sera présentée à un magistrat instructeur dans l'après-midi et le magistrat instructeur décidera de la suite", a déclaré Me Jean-Paul Teissonnière au terme de la garde à vue de sa cliente, adolescente à l'époque des faits.

Qui a tué le petit Grégory, retrouvé mort pieds et poings liés il y a 32 ans dans la Vologne le 16 octobre 1984 ? 


Retour sur cette enquête qui dure depuis maintenant 32 ans.

Selon Me Jean-Paul Teissonnière, son avocat, "c'est encore la même soupe qu'on lui ressort, elle est indigeste". Pour celui-ci, "le niveau de l'enquête est très bas" et "c'est vraiment très pauvre, en termes d'éléments nouveaux, 32 ans après".


"On a sorti quelques témoignages de cousins éloignés qui sont venus dire qu'elle aurait dit en sortant des gendarmes (fin 1984, ndlr) qu'elle avait dit la vérité", a poursuivi Me Teissonnière, qui juge ces témoignages "dépassés".


Murielle Bolle, "c'est pas quelqu'un de bavard", elle s'exprime "souvent par phrases très courtes". "Souvent elle dit qu'elle ne se souvient pas, il y a des problèmes de mémoire mais elle est formelle sur un certain nombre de points essentiels du dossier, sur lesquels elle n'a pas varié", a insisté le conseil.

Les 2 et 3 novembre 1984, Murielle Bolle, 15 ans, avait déjà été placée en garde à vue par les gendarmes. 

Murielle Bolle, entendue depuis mercredi dans les Vosges pour "complicité d'assassinat" dans le cadre de l'affaire Grégory, a été mise en examen pour enlèvement et placée en détention provisoire, a annoncé son avocat Jean-Paul Teissonnière.


Cette femme aujourd'hui âgée de 48 ans, témoin clé de l'affaire en 1984, avait été interpellée mercredi à son domicile de Granges-sur-Vologne et conduite dans des locaux de la gendarmerie à Saint-Etienne-lès-Remiremont, pour être interrogée une nouvelle fois, plus de 32 ans après la mort du petit garçon de quatre ans. La juge d'instruction pourrait la mettre en examen ou la placer sous le statut de témoin assisté.

En vidéo

Affaire Grégory : 32 ans plus tard, Murielle Bolle réentendue par les enquêteurs

Selon son avocat, Me Jean-Paul Teissonnière, sa cliente a des "problèmes de mémoire". Toujours selon celui-ci, le seul "élément nouveau" abordé lors de cette garde à vue, reprise plus de 32 ans après les faits, sont les déclarations d'un cousin éloigné à qui Murielle Bolle aurait affirmé que la version incriminant Bernard Laroche était vraie.


En 1984, alors âgée de 15 ans, Murielle Bolle fut à l'origine de l'arrestation du premier suspect, son beau-frère Bernard Laroche dont les époux Jacob étaient proches, en livrant un témoignage accablant à son encontre, avant de se rétracter brusquement. Ce dernier avait été remis en liberté début 1985 puis tué par son cousin Jean-Marie Villemin, le père de Grégory. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Grégory

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter