Affaire Kardashian : les derniers suspects mis en examen et placés en détention

FAITS DIVERS

Toute L'info sur

Kim Kardashian braquée à Paris

ENQUÊTE - Six suspects ont été mis en examen, vendredi 13 janvier, dans le cadre de l'enquête sur le braquage dont a été victime Kim Kardashian, début octobre 2016 à Paris. Cela porte à dix le nombre de suspects poursuivis dans cette affaire.

Six personnes soupçonnées d'être impliquées dans le braquage de Kim Kardashian, début octobre à Paris, ont été mises en examen ce vendredi, en fin d'après-midi. Parmi ses six personnes, on trouve Aomar A., né le 2 mai 1956 ; Pierre B, né le 3 septembre 1944; Didier D., né le 15 juillet 1955 ; François D., né le 23 novembre 1962 ; Harminy A. né le 5 septembre 1987. Chacun a mis été mis en examen des chefs de vol avec arme en bande organisée, enlèvement et séquestration, association de malfaiteurs.

Aomar A. a également été mis en examen pour acquisition et détention de munitions, usurpation d'identité, détention de faux documents administratifs et Didier D., de chef d'acquisition et détention d'arme (kalachnikov). François D. a au surplus été mis en examen pour détention de faux documents administratifs.

Enfin, Christiane G., née le 11 mai 1946, a été mise en examen pour complicité de vol avec arme en bande organisée, complicité d'enlèvement et séquestration, détention de munitions de catégorie A ou B, association de malfaiteurs. Comme le demandait le parquet, ils ont tous été placés en détention.

Lire aussi

Jeudi 12 janvier au soir, quatre autres suspects avaient déjà été mis en examen : un sexagénaire, pour vol avec arme en bande organisée, enlèvement ou séquestration et association de malfaiteurs, et trois autres hommes, considérés comme des complices. Deux sont soupçonnés d'avoir renseigné l'équipe montée au braquage et un troisième d'avoir participé à l'écoulement du butin. Plus précisément, parmi les dix protagonistes arrêtés ce lundi, cinq sont soupçonnés d'avoir pénétré armés dans l’hôtel particulier où la star se trouvait, sans son garde du corps. 

Déja condamnés dans les années 80-90

Les enquêteurs pensent tenir le "cerveau" de l'attaque, un homme de 60 ans dont l'ADN a été trouvé dès le début des investigations sur un des liens qui ont servi à attacher Kim Kardashian. Connu dans le milieu du grand banditisme, sa surveillance par la Brigade de répression du banditisme (BRB) a permis de remonter jusqu'au reste de l'équipe. Il doit être présenté aux magistrats comme trois autres de ses comparses, sa compagne et son fils, suspecté d'avoir déposé les membres de l'équipe à proximité des lieux.

Trois mois après ce vol qui avait fait la Une des médias, l'enquête dessine le portrait d'hommes expérimentés et connus depuis longtemps dans le milieu du banditisme : dans l'équipe du braquage, quatre ont déjà été condamnés par une cour d'assises dans les années 80 ou 90, pour vol aggravé, braquage ou trafic de stupéfiants. 

En vidéo

Affaire Kardashian : "Plusieurs membres du gang ont fait des aveux"

Lire aussi

Et aussi

Lire et commenter