Affaire LSK : DSK contre-attaque

FAITS DIVERS

JUSTICE - Au coeur d'une enquête pour "escroquerie" et "abus de biens sociaux" dans la banque d'affaires qu'il dirigeait jusqu'à octobre 2014, l'ancien président du FMI a annoncé qu'il allait attaquer la société chypriote en justice.

Visé dans une plainte pour escroquerie, DSK va engager une procédure pour dénonciation calomnieuse, annonce samedi 17 octobre Jean Veil, son avocat, à l'AFP. Cette plainte sera déposée la semaine prochaine auprès du procureur de la République de Paris, a précisé le conseil de l'ex-patron du FMI.

La procédure va viser la société chypriote de Jean-François Ott, l'un des plaignants qui attaque Dominique Strauss-Kahn pour "escroquerie" et "abus de biens sociaux". L'affaire porte sur la gestion de LSK, une banque d'affaires luxembourgeoise qui a fait faillite dont DSK était l'un des administrateurs.

Une riposte "prématurée" pour les plaignants

L'avocat de Jean-François Ott, Mathieu Croizet a jugé "prématurée" la riposte judiciaire de DSK: "Pour qu'il y ait dénonciation calomnieuse, il faut que la dénonciation ne soit pas appuyée sur des faits constitués. On est au début de l'enquête. Je laisse faire la justice".

Son client affirme avoir souscrit l'été 2014, via sa société chypriote Roxannia, une augmentation du capital de LSK de 500.000 euros. Aujourd'hui, il est persuadé qu'on lui a présenté, en amont de cet investissement, une situation financière de LSK qui n'était pas conforme à la réalité. 

Le parquet de Paris a ouvert le 28 juillet une enquête préliminaire à la suite de la plainte de cet homme d'affaires français, Jean-François Ott, actionnaire du fonds d'investissement LSK, qui assure avoir perdu 500.000 euros. Une seconde plainte a été déposée par un ex-banquier macédonien, comme le révélait vendredi Le Parisien magazine, France Info et France Inter.

100 millions d'euros de préjudice

LSK, dont Dominique Strauss-Kahn voulait faire un fonds spéculatif de 2 milliards de dollars, a été déclarée en faillite en novembre 2014, quelques semaines après le suicide à Tel-Aviv de son fondateur et dirigeant, Thierry Leyne. En avril, une source proche du dossier avait révélé que LSK avait laissé un passif de près de 100 millions d'euros au préjudice de 150 créanciers, dont le fisc luxembourgeois.

En marge de cette affaire, l'avocat de Dominique Strauss-Kahn révèle que Jean-François Ott et sa société immobilière, Orco Property Group, avaient été sanctionnés en 2012 par l'Autorité des marchés financiers (AMF) pour défaut d'information des marchés, sanction confirmée par la cour d'appel de Paris en 2014. Sur ce point, Me Croizet a expliqué n'avoir "pas de commentaire à faire": "Je ne rappelle pas dans ma plainte les ennuis judiciaires passés des mis en cause", a-t-il dit.

EN SAVOIR + >> DSK et sa société LSK dans le viseur de la justice

Lire et commenter