Affaire Omar Raddad : 25 ans plus tard, une expertise ADN livre un nouveau nom

DirectLCI
COLD CASE – Du nouveau dans le cadre de la longue enquête sur le meurtre de Ghislaine Marchal : une correspondance a été établie entre un ADN retrouvé sur la scène du crime et le Fichier national des empreintes génétiques. Pour autant, prudence : de nouveaux tests doivent être prochainement réalisés pour confirmer l'information.

La fin d’une énigme ? Il y a 10 jours, LCI vous rapportait que les empreintes génétiques retrouvées sur plusieurs scellés de l’affaire Omar Raddad ne correspondaient pas à celles du jardinier marocain. Un espoir toutefois : le procureur de Nice indiquait que la comparaison de ces traces, retrouvées sur deux portes et un chevron, n’avait pas encore été faite avec le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), qui regroupent les traces des personnes condamnées ou mises en cause dans des affaires de justice. Selon 20 minutes ce jeudi, c’est désormais chose faite et le résultat serait prometteur, puisque les enquêteurs sont parvenus à mettre un nom sur l’un des ADN retrouvés.

De nouveaux tests pour confirmer à 100%

Prudence, toutefois : comme le veut la procédure, ces recherches doivent désormais être envoyées à l’institut génétique Nantes Atlantique afin que la correspondance soit "établie scientifiquement à 100%". Et là encore, aucune garantie que l’affaire ne soit enfin résolue, puisque depuis tout ce temps, les scellés ont été manipulés par de nombreuses personnes. 


Pour rappel, Ghislaine Marchal, une riche veuve de 65 ans vivant à Mougins (Alpes-Maritimes), avait été tuée à coups de couteau le 23 juin 1991 dans sa propriété. Son jardinier, Omar Raddad, avait été condamné en 1994 à 18 ans de réclusion criminelle, avant de bénéficier d’une libération conditionnelle en 1998 à la faveur d'une grâce présidentielle partielle de Jacques Chirac.


D'autres traces ADN ne correspondant pas à celles d'Omar Raddad avaient déjà été retrouvées sur le lieu du crime, mais la justice lui avait refusé en 2002 un nouveau procès. Depuis, l'homme n'a eu de cesse de se battre pour être blanchi dans cette histoire. Jusqu'à présent en vain.

En vidéo

Affaire Omar Raddad : 25 ans après, une trace ADN relance les soupçons

VIDEO - Affaire Omar Raddad : l'ADN du jardinier ne correspond pas avec celui retrouvé sur la porte

En vidéo

Affaire Omar Raddad : l'ADN du jardinier ne correspond pas avec celui retrouvé sur la porte

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter