Affaire Tapie : Christine Lagarde sera jugée devant la Cour de Justice de la République

FAITS DIVERS

JUSTICE - La directrice du FMI sera jugée devant la Cour de justice de la République dans l’affaire de l’arbitrage rendu en faveur de Bernard Tapie, du temps où elle était ministre de l’Economie.

Christine Lagarde rattrapée par l’affaire Tapie. L’actuelle directrice générale du FMI sera jugée devant la Cour de Justice de la République dans l'affaire de l'arbitrage controversé rendu en faveur de l'homme d'affaires, a indiqué son avocat, confirmant une information de Mediapart et iTélé. Le défenseur de l'ex-ministre annonce qu’il va contester cette décision qu'il qualifie d'"incompréhensible", selon FranceTVInfo.

Un non-lieu avait été requis en septembre dernier pour celle qui était ministre de l'Economie au moment des faits. Mais la commission d'instruction de la Cour de justice de la République en a décidé autrement ce jeudi. Elle a ordonné que l'ex ministre soit jugée pour négligence dans la gestion de fonds publics, un délit pour lequel elle avait été mise en examen à la fin de l'été 2014. Christine Lagarde a immédiatement annoncé dans un communiqué qu'elle formait un recours en cassation contre cette "décision difficilement compréhensible" de la commission d'instruction de la CJR, après des réquisitions de non-lieu du ministère public.

Après Tapie, Lagarde

Cette décision intervient quelques jours après la décision de la Cour d'appel de Paris de condamner Bernard Tapie à rembourser les 404 millions d'euros accordés au moment de l'arbitrage ; cette procédure décidée pour mettre fin au litige entre l'homme d'affaires et le Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas, remontant à 1994. 

EN SAVOIR + >> Affaire Tapie-Lagarde : tout ce qu'il faut savoir

Ce renvoi devant la justice française ne devrait pas bouleverser sa position au sein du FMI, en tout cas par pour le moment. Le conseil d'administration du Fonds monétaire international, qui représente ses 188 Etats-membres et qui est dominé par les Occidentaux, lui a en effet apporté son soutien, comme il l'a toujours fait depuis le début de l'enquête en 2011.

Lagarde candidate à sa succession

"Le conseil d'administration continue d'avoir confiance dans les capacités de la directrice générale d'assumer efficacement ses fonctions", a déclaré à l'annonce du renvoi le porte-parole de l'institution, Gerry Rice. Une position qu'a soutenue la France, a indiqué le ministre des Finances Michel Sapin, soulignant que la directrice du FMI était "présumée innocente".

Néanmoins, la décision judiciaire la concernant tombe mal pour l'ancienne ministre de l'Economie. Son mandat à la tête du FMI arrive en effet à son terme en juillet prochain et elle s'est récemment dite ouverte à l'idée d'en briguer un second si les Etats-membres du FMI la soutenaient.

A LIRE AUSSI
>> Arbitrage contre le Crédit Lyonnais : Tapie condamné à rembourser

>> Avant d'être condamné, Bernard Tapie s'est protégé des huissiers

Lire et commenter