Affaire Troadec : "Je ne ressens aucune émotion chez lui", le récit des aveux de Hubert Caouissin par un policier

FAITS DIVERS

Toute L'info sur

Affaire Troadec

GLAÇANT - Un enquêteur de la police judiciaire de Brest raconte, dans les colonnes de Ouest France, la garde à vue d'Hubert Caouissin, l'auteur présumé du meurtre de la famille Troadec.

Ce témoignage livre un éclairage nouveau sur Hubert Caouissin. En garde à vue, l'auteur présumé du massacre dont a été victime la famille Troadec n'a pas rechigné à parler. Le mobile, on le connaît : un supposé héritage de pièces d'or mal partagé, entre sa compagne, et son beau-frère Pascal. Quant aux détails, Hubert Troadec ne va pas tarder à les donner. 

Le récit d'un des enquêteurs de la PJ publié par Ouest France dévoile les coulisses de cette audition. Ce samedi 4 mars, "après avoir parlé de la pluie et du beau temps", "des travaux qu'il a fait dans sa maison",  Hubert Caouissin se met à table peu après 13 heures. Et, dans un flot continu de paroles, revient sur les faits.  

En vidéo

Affaire Troadec : les restes humains retrouvés dans la ferme appartiennent aux quatre disparus

Lire aussi

Je ne ressens aucune émotion chez lui - l'inspecteur de la police judiciaire de Brest

"De 15 h à 19 h, il ne va pas s’arrêter de parler. Le collègue qui l’interroge n’a presque pas besoin de poser de question…", explique le policier. Avant d'ajouter : "Peut-être qu’Hubert Caouissin avait besoin de parler. Il est un peu surexcité. Il raconte les choses sans trop d’émotion. C’est assez bizarre". 

À la suite de ses aveux, Hubert Caouissin est emmené à son domicile pour permettre aux enquêteurs de retrouver les corps de la famille Troadec, qu'il a démembrés : "Sur place, il nous fait un plan qui nous indique où nous devons chercher les victimes, dispersées dans des roncières. C’était atroce", raconte l'enquêteur de police au quotidien local. 

À la fin de sa garde à vue, l'homme âgé de 46 ans, est transféré à Nantes. Sur le chemin , l'inspecteur de police a un dernier échange avec le meurtrier présumé : "Il me dit qu’il ne se reconnaît pas dans ce qu’il a fait, mais je ne ressens aucune émotion chez lui". 

Hubert Caouissin a été mis en examen le 6 mars pour "assassinats" et "atteinte à l'intégrité d'un cadavre", sa compagne Lydie Troadec pour "modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres". 

Lire et commenter