Recherches des corps de la famille Troadec : Hubert Caouissin conduit dans sa ferme

FAITS DIVERS
ENQUÊTE - Où sont les restes des corps de la famille Troadec ? C'est pour répondre à cette question que les recherches se poursuivent mercredi à Pont-de-Buis-lès-Quimerche (Finistère) dans le corps de ferme de l'assassin présumé en sa présence.

On la surnomme la "ferme de l’horreur". Trois bâtisses en pierre sur un terrain de 32 hectares au fond d’un vallon situé sur la commune de Pont-de-Buis dans le Finistère. C'est dans ce décor sinistre et isolé que Hubert Caouissin pourrait avoir démembré Pascal, Brigitte, et leurs deux enfants, Charlotte et Sébastien Troadec. L'assassin présumé a été extrait de sa cellule de prison ce mercredi matin sur demande des deux juges d’instruction. Il est arrivé sur place vers 07h30 ce mercredi dans une voiture aux vitres teintées et sous haute surveillance. 


La veille, les CRS avaient en effet sécurisé la route menant au lieu-dit Logonna-Quimerc'h où le beau-frère de Pascal Troadec et sa compagne Lydie vivaient. Ces dernières années, le suspect passait de moins en moins de temps dans son pavillon de Plouguerneau, privilégiant ce corps de ferme isolé acheté il y a deux ans pour 220.000 euros. L'homme a avoué il y a quelques jours avoir tué les quatre membres de sa belle-famille. Lundi, il a été mis en examen à Nantes pour assassinats et atteinte à l'intégrité d'un cadavre. La soeur de Pascal Traodec est, elle, poursuivie pour modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres.

"Une rancoeur nourrie"

 De nombreuses recherches ont depuis été lancées pour tenter de retrouver les restes des corps. Selon Le Parisien, c’est dans cette "ferme de l'horreur", à plus de 250 km de la scène de crime, que le meurtrier présumé aurait ramené les quatre membres de sa belle-famille après les avoir tués avec un pied de biche dans la nuit du 16 au 17 février à Orvault (Loire-Atlantique). "Les parents et leurs enfants ont été éviscérés et démembrés à l’aide de tenailles à métaux et d’une hache, assure le journal. Hubert Caouissin a ensuite brûlé les morceaux de corps 'méthodiquement'. Certaines parties, plus difficiles à faire disparaître, auraient été enterrées ou jetées dans des bois voisins, selon les déclarations du suspect. Les os des victimes auraient été broyés puis éparpillés dans la basse-cour." 


Hubert Caouissin a expliqué l'indicible par un conflit familial qui le rongeait : des supposées pièces d'or lors de la succession du père de Pascal et de Lydie qui auraient dû être partagées mais auraient été gardées par Pascal Troadec et son épouse. Une mésentente familiale qui remonterait "aux années 2006-2007"" et une "une rancœur" nourrie qui auraient conduit le principal suspect à passer à l'acte. Mais jusqu'alors, l’existence de cet héritage avancée par le suspect numéro 1 n’a jamais été avérée.

En vidéo

Affaire Troadec : l'intégralité de la conférence de presse du procureur de Nantes

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Affaire Troadec

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter