Agression à Aubervilliers : l'enseignant reconnaît avoir tout inventé

Agression à Aubervilliers : l'enseignant reconnaît avoir tout inventé

DirectLCI
FAIT DIVERS - Un instituteur prétendument agressé par un partisan de Daech a avoué avoir inventé cette hisoire, a indiqué le parquet lundi.

Un instituteur prétendument agressé par un partisan de Daech a avoué avoir tout inventé, a indiqué le parquet de Paris lundi après-midi. L'enseignant, âgé de 45 ans, affirmait avoir été attaqué au cutter alors qu'il était en train de préparer sa classe avant l'arrivée de ses élèves, lundi matin, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Selon son récit, un homme était entré cagoulé, avait invoqué Daech et l'avait agressé avec un cutter qu'il avait trouvé sur place, avant de prendre la fuite. Il a finalement reconnu dans l'après-midi avoir tout inventé devant les enquêteurs, a déclaré le parquet de Paris. Il est actuellement de nouveau entendu pour comprendre ce qui l'a mené à inventer ce récit, a ajouté le parquet. Lundi matin, il avait été hospitalisé, blessé superficiellement au cou et au front.

Soutien psychologique maintenu

Dans un communiqué de presse publié lundi soir, la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem, qui s'était rendu sur place dans la matinée, indique avoir "pris connaissance des conclusions de l’enquête relative à l’enseignant d’Aubervilliers, qui révèlent que l’enseignant s’est auto-mutilé".

La ministre précise que l'académie de Créteil "continuera, tant que nécessaire, à assurer le soutien psychologique de l’équipe pédagogique et des élèves". Il ajoute que "les élèves de la classe de l’enseignant seront accueillis demain par un enseignant remplaçant".

Le ministère de l'Education rappelle par ailleurs que "de nouvelles mesures de renforcement de la sécurité seront présentées en fin de semaine en lien avec le ministre de l’Intérieur. Ces mesures viendront s’ajouter à celles déjà prises avec les deux circulaires publiées le 26 novembre au bulletin officiel de l’Éducation nationale".

EN SAVOIR + >> Stéphane A., 45 ans, ce "bon prof" qui a basculé dans le mensonge

Plus d'articles